LE DIRECT
Le président de la République Emmanuel Macron devant la statue du général Charles de Gaulle, lors des cérémonies du Jour de la Victoire en Europe, à Paris, le 8 mai 2020

Les célébrations de l'appel du 18 juin : symbole ou impératif politique ?

25 min

Emmanuel Macron célèbre depuis ce matin le 80e anniversaire de l'appel du 18 juin du général de Gaulle, dont il n'a cessé de se revendiquer depuis le début de son quinquennat, mais dont tous ses adversaires, de la gauche jusqu'à l'extrême droite, se prétendent eux aussi les héritiers.

Le président de la République Emmanuel Macron devant la statue du général Charles de Gaulle, lors des cérémonies du Jour de la Victoire en Europe, à Paris, le 8 mai 2020
Le président de la République Emmanuel Macron devant la statue du général Charles de Gaulle, lors des cérémonies du Jour de la Victoire en Europe, à Paris, le 8 mai 2020 Crédits : FRANCOIS MORI / POOL / - AFP

Après avoir saisi l'occasion de célébrer "l'esprit français de résistance" et appelé ses concitoyens à l’unité nationale, pour sortir de la crise engendrée par l’épidémie de Covid-19, Emmanuel Macron ira donc, une nouvelle fois, aujourd'hui à la rencontre du général, en consacrant toute sa journée à la mémoire de cet acte fondateur du mythe gaullien : l'appel du 18 juin 1940. Et pour célébrer ce 80e anniversaire, le programme s'annonce pour le moins chargé : après une visite, ce matin, au musée de l'Ordre de la Libération, le chef de l'Etat a assisté à la traditionnelle cérémonie au mémorial du Mont Valérien. Et il devrait désormais bientôt s'envoler pour Londres afin d'y remettre une Légion d’honneur à la capitale du Royaume-Uni. Autant dire une journée à la portée symbolique, évidemment, très forte, mais qui dans le contexte actuel et fonction des impératifs politiques du moment n'est pas sans soulever quelques interrogations. Tout d'abord, parce que cet anniversaire, censé célébrer l'amitié franco-britannique, intervient en plein divorce, comprenez dans l'atmosphère troublée de l'actualité liée au Brexit. Et ensuite parce qu'au regard du récit lié au 18 juin, revendiquer, même implicitement, l'héritage du général pour exhorter les Français à l’unité nationale en ces temps agités révèle, sinon une contradiction, à tout le moins une approximation : en entrant en dissidence, le général de Gaulle n’a jamais fait de l’unité la condition de son action puisqu'il cherchait, tout au contraire, à rallier et non à rassembler. Dès-lors, où se place aujourd'hui Emmanuel Macron ?

.
. Crédits : Visactu

Les autres titres de l'actualité

Après de nombreux atermoiements, le ministère de l'Education a fini par acter, hier soir, l'assouplissement du protocole sanitaire, devant permettre les conditions d’un retour obligatoire des écoliers et des collégiens à partir de lundi. 

Comme chaque jeudi, l'invité politique de la rédaction. Aujourd'hui : Damien Abad, chef de file des députés Les Républicains.

Écouter
5 min
Damien Abad dénonce "une campagne de caniveau" à Marseille

En vente seulement depuis lundi, le Baclocur était synonyme d'espoir pour les 3 millions de Français, qui souffrent d’addiction à la boisson. Hier, la justice a finalement ordonné l’arrêt des ventes.   

Les Etats-Unis ont unilatéralement annoncé la suspension des négociations internationales sur la taxation du numérique.  

A quatre mois et demi de la présidentielle et alors que Donald Trump semble dévisser dans les sondages, un nouveau livre, à paraître mardi, vient écorner encore un peu plus l’image du président américain.   

Pionnier de la lutte indigène pour la défense de la forêt amazonienne, le chef Paulinho Paiakan, cacique du peuple Kayapo, est décédé hier après avoir été contaminé par le nouveau coronavirus.

Intervenants
  • député Les Républicains de l'Ain, président du groupe LR à l'Assemblée nationale

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......