LE DIRECT
 Emmanuel Macron au Mémorial du génocide à Kigali.

Rwanda : la France n'a "pas été complice" du génocide, déclare à Kigali Emmanuel Macron

25 min

Emmanuel Macron est arrivé au Rwanda pour une visite hautement symbolique, destinée à finaliser la réconciliation entre les deux pays, après plus de 25 années de tensions diplomatiques, liées au rôle joué par la France dans le génocide des Tutsi de 1994.

 Emmanuel Macron au Mémorial du génocide à Kigali.
Emmanuel Macron au Mémorial du génocide à Kigali. Crédits : Ludovic MARIN - AFP

Certains diront qu'Emmanuel Macron avait en partie rendez-vous avec l'histoire. A tout le moins, le président était-il appelé, ce matin, à en tourner l'une des pages les plus tragiques de ces 30 dernières années : le génocide perpétré par le gouvernement extrémiste hutu contre les Tutsis. Un passé douloureux qui hante encore aujourd'hui non seulement la mémoire des Rwandais, bien sûr, mais aussi celle des autorités françaises, tant la lumière sur les événements qui ont conduit à ce drame n'a pas encore été totalement faite. Alors parmi les diverses initiatives lancées pour finaliser la réconciliation entre les deux pays, la dernière en date a été la sortie, c'était en mars dernier, d'un rapport d'historiens concluant aux "responsabilités lourdes et accablantes" de la France. De quoi combler, une partie du fossé. Mais une partie, seulement, car il y a plus de dix ans, déjà, Nicolas Sarkozy, le seul président à s'être rendu jusque-là à Kigali depuis le génocide n'avait pas dit autre chose, en reconnaissant de "graves erreurs" et "une forme d'aveuglement" des autorités françaises. Dès-lors, toute la question est de savoir si Emmanuel Macron, lui, ira plus loin ?  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres de l'actualité

En République Démocratique du Congo, les habitants de la capitale, Goma, fuient par dizaine de milliers la menace d'une nouvelle éruption volcanique.

Longtemps balayée d'un revers de main par la plupart des experts, la théorie d'un accident de laboratoire à Wuhan, en Chine, est revenue en force ces dernières semaines dans le débat américain sur les origines du Covid-19.

En France, le gouvernement maintient sa prévision de croissance de 5% du produit intérieur brut cette année. Il n'en reste pas moins prudent sur le redémarrage de l'économie, le tout sur fond de sortie progressive des aides d'urgence pour contenir la crise.  

Le gouvernement va consacrer 650 millions d'euros de fonds publics aux territoires de montagne et dont la moitié sera allouée à un fonds destiné à financer des projets de diversification de l'économie touristique.

Depuis ce matin, les syndicats de police rencontrent le Garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, celui-là même qu'ils avaient hué la semaine dernière devant l'Assemblée Nationale. Alors le temps de la réconciliation est-il venu ? 

Invité de la rédaction : Christian Mouhanna, sociologue et chercheur au Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales.

Écouter
7 min
Christian Mouhanna : "On a une tension structurelle entre la police et la justice en France depuis au moins le début des années 2000."
Intervenants
  • Sociologue et directeur du Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (CESDIP)

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......