LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La Première ministre britannique Theresa May

Brexit : Theresa may not...

25 min

Theresa May a peut-être abattu sa dernière carte en informant les parlementaires de son Parti qu'elle démissionnerait si l'accord de retrait qu'elle a négocié avec Bruxelles était enfin ratifié. A ce stade, rien n'est encore acquis. Un nouveau vote, le troisième, pourrait avoir lieu demain.

La Première ministre britannique Theresa May
La Première ministre britannique Theresa May Crédits : PAUL ELLIS - AFP

Au terme d'une nouvelle folle journée, hier, à Londres, jamais le chemin vers une sortie du Royaume-Uni de l'UE n'aura autant ressemblé à une voie sans issue. Par huit fois, les députés britanniques ont rejeté, l’une après l’autre, toutes les options destinées à trouver une solution alternative à l’accord de retrait négocié par la Première ministre. Quant à l'ultime carte abattue par Theresa May, celle d'offrir sa tête sur un plateau, en échange d'un vote des députés en faveur de l'accord conclu avec Bruxelles, son sacrifice ne devrait, a priori, rien y changer. Même si plusieurs députés eurosceptiques ont annoncé qu'ils soutiendraient finalement l'accord, leur volte-face ne devrait pas suffire, en particulier parce que le parti unioniste nord-irlandais, dont le soutien est crucial, a d'ores et déjà déclaré qu'il s'opposerait une nouvelle fois au plan négocié par May.  Boris Johnson, figure emblématique des Brexiters estime lui, ce matin, que l'accord est "mort". Dès lors, l’équilibre parlementaire pourrait se jouer sur les rebelles du parti travailliste. Ils sont, en effet, quelques dizaines à vouloir encore que le Brexit ait lieu, notamment pour respecter le vote démocratique des Britanniques. Reste à savoir s'ils oseront défier les consignes de leur leader. Alors la réponse à ce vrai faux suspens ne devrait plus trop tarder, puisque les parlementaires britanniques pourraient être appelés dès demain et pour la troisième fois, à ratifier l'accord de retrait.  Seule certitude, dans les rues de Londres et quelque soit son camp, Theresa May semble désormais faire l'unanimité contre elle.

Les autres titres de l'actualité

Le pétrolier ravitailleur, détourné par des migrants secourus en mer et qui ne voulaient pas être reconduits en Libye, est arrivé ce matin à Malte. L'équipage comme les rescapés doivent être confiés à la police, afin de déterminer ce qui s'est passé à bord et les responsabilités.    

Veillée d'armes en Algérie, où les dirigeants sauront demain, à l'occasion d'une nouvelle journée-test de grandes manifestations, si leur proposition d'écarter le président Bouteflika, toujours au pouvoir mais totalement isolé, suffiront à calmer ou non la contestation.   

En France, le groupe de grande distribution Carrefour compte supprimer plus de 1.200 postes dans ses hypermarchés cette année, sans départs contraints assure la direction. 

L'entrée dans le grand âge des générations du baby boom nécessitera 35% de dépenses publiques supplémentaires à l'horizon 2030. C'est ce qui ressort d'un rapport remis, ce matin, au gouvernement et qui préconise d'embaucher 80.000 professionnels dans les maisons de retraite et de conforter l'aide à domicile.   

L'association "Respire" dresse le premier inventaire des établissements d'Ile-de-France en fonction des polluants auxquels les enfants sont exposés. Et le constat est alarmant : les niveaux de pollution de l’air dépasseraient les plafonds sanitaires recommandés dans près d'un quart des écoles collèges et lycées.   

L’invité politique de la Rédaction : Jérôme Sainte-Marie, politologue et sondeur, président de la société d'analyse et de conseil PollingVox.

Intervenants
  • Spécialiste des études d’opinion, directeur de la société d’études et de conseil Polling Vox, enseignant à l’Institut catholique de Paris
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......