LE DIRECT
Photo d'un camion fuyant un bombardement dans la ville de Saraqeb, dans le nord-ouest de la province d'Idleb.

Idleb, terrain de guerre entre Moscou et Ankara

25 min

Preuve que le confit meurtrier qui ravage la Syrie depuis neuf ans, déclenché à l'origine par la répression de manifestations prodémocratie pacifiques, s'est aujourd'hui complexifié, des combats entre armée syrienne et soldats turcs ont fait au moins 6 morts ce matin.

Photo d'un camion fuyant un bombardement dans la ville de Saraqeb, dans le nord-ouest de la province d'Idleb.
Photo d'un camion fuyant un bombardement dans la ville de Saraqeb, dans le nord-ouest de la province d'Idleb. Crédits : OMAR HAJ KADOUR - AFP

Dans le jargon cynique, qui accompagne depuis des années la guerre syrienne, la région d'Idleb est toujours officiellement qualifiée de «zone de désescalade». Sauf qu'en dépit d'un prétendu cessez-le-feu, annoncé le mois dernier, la situation donne tous les signes de vouloir encore s’aggraver. Au point que le pire est toujours à redouter, à mesure que s’approche la future «escalade». Parce que le pouvoir de Damas n’a jamais fait mystère de sa volonté de reconquérir militairement la province, où sont désormais regroupés 3 millions de Syriens et où se concentrent quelque 30 000 combattants appartenant à divers groupes djihadistes, ainsi qu’à ce qui reste de l’Armée syrienne libre, voilà plusieurs semaines que les forces du régime de Bachar al-Assad, appuyées par Moscou, ont intensifié leur offensive, multipliant les bombardements meurtriers. Ce matin encore, au moins neuf civils, dont quatre enfants, ont été tués dans des raids sur le nord-ouest de la Syrie.   Et puis, derrière cette volonté de reconquête d'Idleb, se cache, aussi, une sorte de guerre indirecte, cette fois-ci, entre Damas et Moscou d'un côté, et Ankara de l'autre, qui appuie les groupes rebelles syriens. Et c'est ainsi que l'on a appris, ce matin, que dans le dernier bastion des forces hostiles au régime de Damas, l'artillerie et l'aviation turques ont bombardé des positions loyalistes, tuant au moins six soldats, en riposte à des tirs qui avaient fait quatre morts côté turc.

Les autres titres de l'actualité

Après plusieurs mois d'une campagne intense, c'est enfin au tour des électeurs démocrates de s'exprimer aujourd'hui avec le coup d'envoi dans l'Iowa d'une primaire entourée du plus grand suspense pour choisir celui, ou celle, qui affrontera Donald Trump en novembre.

Les principales Bourses européennes tentent de rebondir, malgré la débâcle des marchés chinois qui prennent de plein fouet l'impact de l'épidémie de coronavirus.

L'Union européenne et le Royaume-Uni se lancent, aujourd'hui, dans la bataille de l'après-Brexit, en affichant les lignes rouges de leur future relation.  

En France, les députés démarrent aujourd'hui le match des retraites. L'examen de la vaste réforme, article par article, débute cet après-midi en commission à l'Assemblée, sous une rafale d'amendements des oppositions.  

Il y a dix jours, la vidéo de l'adolescente Mila et ses critiques sur l'islam ont été massivement relayées sur les réseaux sociaux, attirant depuis un déferlement de menaces, de soutiens et un lot de polémiques impliquant de nombreux responsables politiques.

C'est aujourd'hui qu'entrent en vigueur les critères retenus pour équilibrer l'expression politique, dans la perspective des prochaines municipales.

Invitée de la rédaction : Michèle Léridon, membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel et présidente du groupe de travail Droits et libertés, pluralisme et déontologie.

Écouter
6 min
Michèle Léridon : "Les fréquences hertziennes, en France, sont un bien public et en échange de leur attribution, le CSA exige le pluralisme."
Michèle Léridon, membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel et présidente du groupe de travail Droits et libertés, pluralisme et déontologie, le 3 février 2020.
Michèle Léridon, membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel et présidente du groupe de travail Droits et libertés, pluralisme et déontologie, le 3 février 2020. Crédits : Nathalie Lopes - Radio France
Intervenants
  • membre du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, présidente du groupe de travail "Droits et libertés, pluralisme et déontologie", journaliste, ancienne directrice de l'Information de l'AFP

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......