LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le président Emmanuel Macron à Morhange, lors des commémorations du centenaire de l'Armistice de 1918.

Mémoire et rééquilibrage

24 min

Au deuxième jour de son périple des commémorations du centenaire de l'Armistice, Emmanuel Macron a honoré la mémoire des Poilus "héroïques" tombés au combat en Moselle, avant d'amorcer le volet plus politique et économique de son déplacement, dans cette région touchée par la désindustrialisation.

Le président Emmanuel Macron à Morhange, lors des commémorations du centenaire de l'Armistice de 1918.
Le président Emmanuel Macron à Morhange, lors des commémorations du centenaire de l'Armistice de 1918. Crédits : EAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN - AFP

Quoi de mieux qu'un néologisme pour incarner le Nouveau Monde ? « L’itinérance mémorielle », voilà donc le nom trouvé à ce long périple inédit, débuté hier dans la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg et qui conduira toute la semaine le président de la République à travers 11 départements de l'est et du nord de la France, pour célébrer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. L'occasion de célébrer les héros de la Grande Guerre, tout en allant à la rencontre de cette France périphérique des territoires frappés par la crise. Ou comment revisiter le passé pour mieux appréhender le présent.   

Ce matin, premier rendez-vous avec ces lieux emblématiques de la Grande Guerre, le chef de l'Etat était à Morhange, cette petite ville de Moselle, au milieu des champs et des bois où l'armée française a subi l'une de ses premières défaites. Emmanuel Macron y a rendu hommage aux quelque 40.000 Poilus qui y ont trouvé la mort en août 1914.  En revanche, cet après-midi, comme cela sera d'ailleurs le cas durant toute cette semaine, Emmanuel Macron se consacrera là aux problèmes actuels de la région, pas seulement dévastée par la guerre mais également meurtrie par la désindustrialisation.

Les autres titres de l'actualité

L'"itinérance mémorielle" survient dans un contexte de grogne grandissante autour de la question du pouvoir d'achat et, notamment, de la hausse du prix du carburant. Interrogé à ce sujet, le chef de l'Etat dit aujourd'hui assumer pleinement la hausse de la taxation sur le diesel.   

Sans suprise, avec 56,4% des voix, la Nouvelle-Calédonie a choisi hier de rester dans le giron français. Reste que les indépendantistes, que les sondages donnaient largement perdants, ont tout de même modifié en leur faveur le rapport de force politique.    

Le président du tribunal pour enfants de Bobigny et ses 14 juges dénoncent la dégradation des dispositifs de protection de l'enfance dans leur département. C'est ce qui ressort d'une tribune publiée aujourd'hui par nos confrères de France Inter et du journal Le Monde. 

La justice française a décidé de lancer des mandats d'arrêt internationaux contre trois hauts responsables du régime syrien de Damas. 

La campagne des mid-terms touche à sa fin aux Etats-Unis. Un des enjeux cachés de cette élection : le débat sur le contrôle des armes.

Enfin c'est aujourd'hui que les Etats-Unis rétablissent les sanctions contre les secteurs pétrolier et financier iraniens.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......