LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des manifestants anti-masques manifestent contre le port obligatoire des masques faciaux sur la place de la Nation à Paris, le 29 août 2020.

Qui sont les anti-masques ?

25 min

Une première étude publiée par la fondation Jean-Jaurès ébauche le portrait des anti-masques, des militants atypiques.

Des manifestants anti-masques manifestent contre le port obligatoire des masques faciaux sur la place de la Nation à Paris, le 29 août 2020.
Des manifestants anti-masques manifestent contre le port obligatoire des masques faciaux sur la place de la Nation à Paris, le 29 août 2020. Crédits : Adnan Farzat / NurPhoto - AFP

Avec près de 25 000 nouveaux cas en seulement trois jours et des indicateurs qui continuent globalement de se détériorer, l'épidémie de Covid-19 continue de gagner du terrain en France. Après un pic à près de 9 000 nouveaux cas vendredi dernier, un record depuis le début de l'épidémie, 8.500 cas environ ont encore été confirmés samedi, et un peu plus de 7 000 hier. En conséquence de quoi, le gouvernement a décidé de placer sept nouveaux départements en "zone rouge", laquelle couvre désormais plus du quart des départements. Ce qui n'empêche pas, dans le même temps, les autorités d'envisager de réduire la période d'isolement des malades et des cas contacts. De quoi, évidemment, brouiller quelque peu le message.  

En réalité, ce débat entre décision politique ou geste de bon sens n'est pas nouveau. On se souvient, par exemple, qu'en début d'épidémie, dans un contexte de pénurie de masques, les autorités assuraient que celui-ci était « inutile pour toute personne dans la rue ». Or hier soir, le Conseil d'Etat a, lui, justifié au contraire le port du masque rendu obligatoire dans les communes comportant plusieurs zones à fort risque de contamination. Et pourquoi ? Parce que pour limiter la propagation du virus, outre la distance physique et le lavage de mains, le port du masque est, à présent, considéré comme une mesure efficace. Ce que nient, évidemment, les anti-masques qui, eux, le jugent inutile, voire dangereux. Mais qui sont ces fameux anti-masques ? Dans une première étude publiée, ce matin, la fondation Jean-Jaurès ébauche le portrait de ces militants atypiques, caractérisés par une défiance "abyssale" envers les institutions, mais aussi un niveau de diplôme plus élevé que la moyenne, sans oublier, une appétence pour les thèses complotistes.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres de l'actualité

Le procès des attentats de janvier 2015 a repris ce matin à la Cour d'assises spéciale, avec la chronologie des faits.

Deux rapports sont attendus aujourd'hui sur les possibles effets de la 5G sur la santé et l'environnement.

La sécurité, prochain sujet de bataille à l'élection présidentielle de 2022.

Près de 300 personnes, dont un député, ont été arrêtées hier par la police de Hong Kong, alors que des milliers de militants pro-démocratie étaient descendues dans la rue pour manifester contre le report des élections législatives. 

Depuis ce matin, l'Inde est devenu le deuxième pays du monde, après les Etats-Unis, recensant le plus grand nombre de cas de Covid-19.   

La justice britannique reprend aujourd'hui l'examen de la demande d'extradition du fondateur de Wikileaks Julian Assange, réclamé par les Etats-Unis.   

L'invité de la rédaction : Jean-Lin Lacapelle, député européen du Rassemblement National.

Écouter
6 min
Jean-Lin Lacapelle : "La campagne pour 2022 a commencé. Il faut sortir de l'hypocrisie."
 Jean-Lin Lacapelle, vice-président du groupe Rassemblement National du conseil régional d’Île-de-France, le 19 septembre 2019.
Jean-Lin Lacapelle, vice-président du groupe Rassemblement National du conseil régional d’Île-de-France, le 19 septembre 2019. Crédits : Nathalie Lopes - Radio France
Intervenants
  • député européen Rassemblement national, vice président du groupe RN au conseil régional d’Île-de-France
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......