LE DIRECT
Le président russe Vladimir Poutine

Quand des élections confirment la chute de popularité du parti au pouvoir en Russie

25 min

En Russie, le parti au pouvoir pourrait avoir subi un lourd et non moins inattendu revers aux élections du Parlement de Moscou. Un scrutin suivi de près après un long été de protestations anti-Kremlin organisées par l'opposition.

Le président russe Vladimir Poutine
Le président russe Vladimir Poutine Crédits : MIKHAIL KLIMENTYEV / SPUTNIK - AFP

Après un été mouvementé marqué par l'une des plus importantes opérations de répressions contre des manifestants depuis 10 ans, mais aussi l'exclusion de très nombreux candidats de l'opposition, les Russes étaient finalement appelés aux urnes, hier, à l’occasion de plus de 5 000 scrutins locaux. Une étape essentielle à deux ans des législatives. Non pas pour espérer un quelconque changement puisque dans un régime, à bien des égards, non démocratique, les assemblées tant municipales que régionales n'ont, évidemment, sinon aucun à tout le moins peu de pouvoir. En revanche, dans un pays où la cote de popularité du parti au pouvoir est aujourd'hui au plus bas, en raison du mécontentement suscité par la hausse de l'âge de la retraite ou de la baisse constante des revenus, tous ces scrutins devaient être l'occasion de mesurer l'usure, réelle ou non, du pouvoir.  Or au vu des premiers résultats, il ressort non seulement que le parti au pouvoir pourrait perdre environ un tiers des sièges qu'il contrôlait au parlement de Moscou, mais aussi que près de 80% des inscrits sur les listes électorales ne sont pas allés voter.

Les autres titres de l'actualité

A quelques jours d'un sommet extraordinaire sur la lutte contre le djihadisme, le Burkina Faso a de nouveau été ensanglanté hier. Vingt-neuf personnes ont été tuées dans une double attaque.  

La compagnie aérienne British Airways fait face à une grève massive de pilotes, la première de son histoire. Elle a dû annuler la quasi totalité de ses vols au grand dam de plus de 100.000 passagers.

En France, les candidats à la reprise de la compagnie Aigle Azur, en redressement judiciaire, avaient jusqu'à midi pour déposer leur offre.   Plusieurs noms ont été avancés parmi lesquels Air France, Air Caraïbes ou Easy-Jet. Aucun repreneur potentiel n'a encore confirmé ses intentions.   

Six mois après le début de la grève inédite dans les urgences hospitalières, la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, doit dévoiler aujourd'hui un nouveau train de mesures, dont un "budget dédié" qui pourrait dépasser les 600 millions d'euros sur trois ans.  

La rentrée des partis politique. Invité de la rédaction : Jérôme Sainte-Marie, sondeur et politologue, président de l’institut Pollingvox.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......