LE DIRECT
Une infirmière prépare une seringue contenant une dose du vaccin Pfizer-BioNtech Covid-19, dans un centre de vaccination à Quimper.

La campagne de vaccination s'accélère en France

25 min

Depuis ce lundi matin, la campagne de vaccination s'est élargie à toutes les personnes de plus de 50 ans, sans conditions.

Une infirmière prépare une seringue contenant une dose du vaccin Pfizer-BioNtech Covid-19, dans un centre de vaccination à Quimper.
Une infirmière prépare une seringue contenant une dose du vaccin Pfizer-BioNtech Covid-19, dans un centre de vaccination à Quimper. Crédits : FRED TANNEAU - AFP

Desserrer le corset de l'état d'urgence sanitaire, mais sans baisser la garde face au Covid. Voilà, peu ou prou, résumé l'objectif du projet de sortie de crise, qui sera examiné à partir d'aujourd'hui par les députés. Ou comment mettre en musique les mesures et le calendrier du déconfinement annoncés par le chef de l'Etat fin avril. Ce matin, Olivier Véran a lui-même confirmé que les terrasses des restaurants rouvriront bien, comme prévu, le 19 mai, dans toute la France. Le ministre de la Santé qui s'est, par ailleurs, félicité de ce que le nombre de patients atteints du Covid-19 dans les services de réanimation était repassé, hier, sous le seuil des 5 000 et de la baisse également du taux de positivité à 5,8% contre 6,2% la veille.   

Toutes ces annonces sont-elles de nature à laisser entrevoir, enfin, la lumière au bout du tunnel ? Quoi qu'il en soit, le gouvernement entend donc demander quitus aujourd'hui aux députés pour approuver son régime transitoire de sortie de l'état de l'urgence sanitaire, avec de nouvelles mesures, dont certaines font d'ailleurs déjà grincer quelques dents : c'est le cas, en particulier, du "pass sanitaire". Concrètement, rappelons que ce certificat devrait entrer dans les usages le 9 juin, date à laquelle les lieux de culture, les enceintes sportives et les foires pourront rouvrir leurs portes, dans la limite de 5 000 personnes. Et puis, à partir du 30 juin, ce sésame pourrait être exigé pour tout rassemblement excédant 1 000 personnes, en extérieur ou en intérieur. Il sera également nécessaire pour tout déplacement vers ou depuis l’étranger. Et pour éviter qu'il ne devienne un droit d'accès discriminatoire, ce pass devra comporter la preuve soit que l’on a subi un test négatif de moins de 72 heures, soit attester d'une immunisation après avoir contracté le virus, soit que l’on a reçu une vaccination complète contre le Covid-19.  Or, c'est dans ce contexte, justement, que le gouvernement a choisi aujourd'hui d'accélérer sa campagne de vaccination en l'ouvrant à toutes les personnes de plus de 50 ans, sans condition. Reste, évidemment, une question : les dotations de doses sont-elles suffisantes pour rendre effectif cet élargissement de l'éligibilité ?

.
. Crédits : Visactu

Les autres titres de l'actualité

Selon un nouveau sondage publié ce matin, les Français seraient de moins en moins nombreux (49% des personnes interrogées) à considérer le parti d'extrême droite, Rassemblement national, comme un danger pour la démocratie.

Une nouvelle tribune de militaires publiée, hier soir, de manière anonyme et sous forme de pétition sur le site de Valeurs actuelles, dénonce "le chaos et la violence" qui frappe le pays.  Une tribune aussitôt dénoncée par le gouvernement.  

D'un François à l'autre. Quarante ans jour pour jour après la victoire de François Mitterrand et trois semaines après une réunion des responsables de gauche et écologistes en vue de la présidentielle, François Hollande, lui, ne mâche pas ses mots face à cette gauche qui, selon-lui, "ne propose rien". L'ex président sera aujourd'hui l'invité de la rédaction.   

Écouter
7 min
"Ce n'est pas l'union qui fait la force mais la force qui fait l'union". François Hollande précise sa phrase du moment à Frédéric Says, en évoquant l'héritage de François Mitterrand.
Montage de deux photos. A gauche, François Mitterrand le 21 mai 1981 au Panthéon de Paris. A droite, François Hollande le 6 avril 2012 à Vaulx-en-Velin.
Montage de deux photos. A gauche, François Mitterrand le 21 mai 1981 au Panthéon de Paris. A droite, François Hollande le 6 avril 2012 à Vaulx-en-Velin. Crédits : STF, Jean-Philippe KSIAZEK - AFP
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En Israël, après un week-end de violences à Jérusalem-Est, de nouveaux affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens ont fait plus de 200 blessés ce matin.  

Une autre vague de violences en Irak, cette fois-ci. Là-bas, nombreux sont ceux à accuser les milices pro-Iran d'être derrière ces crimes, tout en pointant du doigt l'inaction du gouvernement.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......