LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
80 enseignes ont été dégradées sur les Champs-Elysées.

La réponse sécuritaire de l'exécutif après les violences de samedi dernier

25 min

Sous pression après les violences de samedi dernier à Paris, le chef de l'Etat réunit depuis ce matin à l'Elysée les ministre et secrétaire d'Etat à l'Intérieur ainsi que la garde des Sceaux de même que le Premier ministre.

80 enseignes ont été dégradées sur les Champs-Elysées.
80 enseignes ont été dégradées sur les Champs-Elysées. Crédits : Suzanne Shojaei - Radio France

Quatre mois presque jour pour jour après le début du mouvement des "gilets jaunes" et alors que la veille au soir devait s'achever le Grand débat national censé apporter une réponse à la crise, la nouvelle journée de mobilisation samedi avait été présentée comme un «ultimatum» au président Emmanuel Macron. Des alertes émises par les renseignements territoriaux avaient semble-t-il fait remonter des éléments indiquant une mobilisation plus forte et plus radicale. Enfin, ajoutées à cela les images embarrassantes d'un ministre de l'Intérieur pris en flagrant délit de «clubbing» par les magazines people, sans oublier celles non moins déroutantes d'un président tout sourire sur les pistes de ski ensoleillées des Pyrénées, le cocktail de ce 18ème acte des "gilets jaunes" s'annonçait, a priori, potentiellement explosif. Et au final, non seulement les scènes de pillage, d'incendie et d'affrontements auront, effectivement, témoigné d'une nouvelle flambée de violence, mais plus encore les images diffusées en boucle tout le weekend n'auront pas manqué de rappeler celles, déjà, dévastatrices des premières journées de mobilisation dans la capitale. Au point que jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir, les événements de ce samedi auront résonner comme un aveu d'échec. Dès-hier soir, le gouvernement a lui-même admis des "dysfonctionnements" dans le dispositif de sécurité. Et depuis ce matin, Edouard Philippe, accompagné du ministre de l'Intérieur et de la garde des Sceaux, est à l'Elysée pour faire de nouvelles propositions au chef de l'Etat.  

L'exécutif promet des "mesures fortes" "dans les meilleurs délais" pour prévenir une répétition de ces violences samedi prochain. Ces mesures devraient être détaillées cet après-midi. Mais d'ores et déjà la question se pose de savoir quelle pourrait en être la nature, étant entendu que les moyens dédiés au maintien de l'ordre n'ont jamais été aussi importants. Samedi dernier encore, la gendarmerie a confirmé l'usage pour la première fois en métropole d'un nouveau gaz sous forme de poudre incapacitante et équivalent à 200 grenades lacrymogènes. On parle par ailleurs d'interdire, éventuellement, les manifestations sur les Champs-Elysées.

Les autres titres de l'actualité

Le pape François reçoit depuis ce matin au Vatican le cardinal Philippe Barbarin. Le plus haut dignitaire catholique français souhaite lui présenter sa démission après sa condamnation à six mois de prison avec sursis pour non dénonciation des abus sexuels d'un prêtre.  

C'est un procès sous haute tension qui s'est ouvert ce matin en Allemagne, procès contre un jeune Syrien accusé du meurtre, en août dernier à Chemnitz, d'un Allemand de 35 ans. 

Selon un nouveau bilan, au moins 162 personnes ont trouvé la mort au Zimbabwe et au Mozambique voisin au cours du passage dévastateur du cyclone tropical Idai. Des dizaines d'autres sont toujours portées disparues.    

Les vols des deux Boeing 737, qui se sont écrasés récemment, faisant plusieurs centaines de morts en Ethiopie et en Indonésie, montreraient des "similitudes claires", selon leurs boîtes noires. De son côté Boeing a annoncé hier la correction très prochaine d'un logiciel de stabilisation de ses appareils.    

L'invité de la rédaction : Valentine Zuber, historienne et enseignante à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. Elle fera partie de la soixantaine d'intellectuels invités à participé au débat organisé ce soir par Emmanuel Macron et retransmis en direct sur France Culture à partir de 18h15.

Écouter
5 min
Valentine Zuber et le "grand débat des idées"
Intervenants
  • Historienne, directrice d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (PSL)
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......