LE DIRECT
.

Politique : résurrection de l’ancien monde et crise de croissance du nouveau

25 min

A l'issue du premier tour des élections régionales et départementales, le jeu politique semble plus brouillé que jamais.

.
. Crédits : Visactu

Les tractations sont lancées depuis ce matin, pour le second tour des régionales et départementales. Les discussions s'étaleront jusqu'à demain, 18H00, pour négocier alliances, fusions ou retraits de listes. Seule certitude pour l'instant, ces élections présentées hâtivement comme un laboratoire de la prochaine présidentielle auront donc déjoué tous les pronostics. Tout d'abord, les sondages comme les spéculations éditoriales qui avaient prédit une explosion de l’extrême droite auront été démentis par la débâcle au contraire du Rassemblement National, en recul de dix points à l'échelon national par rapport au précédent scrutin avec 19.4% des voix. Initialement donné vainqueur dans six régions sur treize, le RN n’arrive finalement en tête qu’en Provence-Alpes-Côte d’Azur. S'agissant ensuite de la majorité présidentielle, si la preuve est à nouveau faite que La République en Marche ne parvient toujours pas à s'enraciner dans les territoires, la piètre performance attendue est encore pire que prévue : à peine plus de 11% à l'échelle nationale. C'est ainsi, par exemple, que dans les Hauts de France ou bien en Auvergne Rhône Alpes, les listes de la majorité ne passent même pas le seuil nécessaire pour pouvoir se maintenir au second tour. Enfin, signe que le vieux monde n'a pas encore disparu, les partis dits traditionnels de droite comme de gauche ressortent comme les grands vainqueurs de ce premier tour : quand les Républicains totalisent 34,4 % des voix, les socialistes en rassemblent 28,7 %.   

S'agit il, pour autant, d'un tournant politique ? En clair, cette dynamique pourrait-elle rebattre les cartes de la présidentielle de 2022 ? Rien n'est moins sûr. En particulier, parce que le principal élément perturbateur de la démocratie française, comprenez l’abstention, empêche aujourd'hui de tirer des conclusions trop définitives. Hier, le premier tour a été littéralement déserté par deux électeurs sur trois, soit un record tous scrutins confondus en France, hors référendum.

Invité de la rédaction : Benjamin Morel, maître de conférences en droit public et docteur en science politique.

Écouter
6 min
Benjamin Morel à propos des élections régionales : "Là vous aviez une forme d’illisibilité du rapport à l’enjeu national."
.
. Crédits : Visactu
.
. Crédits : Visactu

Les autres titres de l'actualité

Depuis ce matin, les élèves de Terminale sont convoqués pour une épreuve inédite du baccalauréat nouvelle formule : le Grand Oral. Vingt minutes de présentation et d'échanges avec un jury. 

Les discothèques fermées depuis 15 mois rouvriront "à compter du 9 juillet", sur présentation du passe sanitaire et avec une jauge réduite en intérieur.

Les assises de Saône-et-Loire ont entamé lundi le procès de Valérie Bacot, souvent présentée comme la "nouvelle Jacqueline Sauvage", pour l'assassinat de son mari proxénète qui la violait depuis l'âge de 12 ans.

En Ethiopie, des élections législatives sont organisées depuis ce matin sur fond de doutes sur la crédibilité d'un scrutin, marqué par le drame humanitaire du Tigré.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......