LE DIRECT
Dans l'affaire Benalla, le ministre de l'Intérieur a devant les députés renvoyé la responsabilité d'éventuels manquements au préfet de police de Paris et au directeur de cabinet d'Emmanuel Macron

Affaire Benalla : Gérard Collomb sur le gril, devant la commission d’enquête parlementaire

14 min
À retrouver dans l'émission

Pendant deux heures et demie, le ministre de l’Intérieur s'est défendu de toute faute personnelle dans la gestion de ce dossier qui secoue la macronie. Stéphane Robert décryptera pour nous les explications de Gérard Collomb.

Dans l'affaire Benalla, le ministre de l'Intérieur a devant les députés renvoyé la responsabilité d'éventuels manquements au préfet de police de Paris et au directeur de cabinet d'Emmanuel Macron
Dans l'affaire Benalla, le ministre de l'Intérieur a devant les députés renvoyé la responsabilité d'éventuels manquements au préfet de police de Paris et au directeur de cabinet d'Emmanuel Macron Crédits : François Guillot - AFP

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a été entendu pendant 2 heures et demie par la commission des lois de l'Assemblée nationale transformée en commission d'enquête sur le scandale d'état qui secoue la macronie. Comment un proche du président, conseiller à l'Elysée,  en principe sur le terrain en tant qu'observateur, a pu tabasser des manifestants le 1er mai dernier ? Des faits révélés par le Monde qui secouent le sommet du  pouvoir. Les sanctions prises à l'origine à l'encontre d’Alexandre Benalla paraissent bien dérisoires en regard de la gravité des faits. Depuis, la justice a fait son travail : 5 personnes sont mises en examen dans le cadre de cette affaire.    

Et en gros, le ministre se défend d'avoir commis quelque faute que ce soit dans la gestion de cette affaire.

Crédits : Visactu

Les autres titres du journal

Opération inédite d’Israël : l’évacuation de casques blancs aux frontières syrienne israélienne et jordanienne.
Nous retrouverons Marie Semelin, en direct de Jérusalem.

Les Etats-Unis lancent une offensive médiatique conte l’Iran pour symboliser les soutien de l’Amérique au peuple soumis à une régime mafieux, selon les termes du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. Une arme de plus dans l'arsenal déployé par l’administration Trump, nous dira Valérie Crova.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......