LE DIRECT
Service solennel à l'église Saint-Sulpice à Paris, en hommage à Jacques Chirac

Chirac, l'ultime adieu

24 min

Après un weekend marqué par un flot continu d'anonymes venus signer des livres d'or à l'Elysée ou se recueillir devant sa dépouille, la France rend aujourd'hui un dernier hommage à Jacques Chirac : honneurs militaires, minute de silence et service solennel à l'église Saint-Sulpice à Paris.

Service solennel à l'église Saint-Sulpice à Paris, en hommage à Jacques Chirac
Service solennel à l'église Saint-Sulpice à Paris, en hommage à Jacques Chirac Crédits : FRANCOIS MORI / POOL / AP - AFP

Après l'immense hommage populaire, presque royal, voici venu le temps de l'ultime adieu à Jacques Chirac. Ce matin, la journée a commencé là où elle s'était terminée la veille, aux Invalides, avec tout d'abord une cérémonie familiale privée, suivie d'honneurs funèbres militaires. Le convoi funéraire s'est ensuite ébranlé vers l'église Saint-Sulpice où un service solennel y est célébré depuis midi, avant l'inhumation privée au cimetière voisin du Montparnasse.  A l'exception de quelques absences remarquées, celles en particulier des communistes et des insoumis, mais aussi celle de Marine Le Pen dont la famille de l'ancien président n'a pas souhaitée la présence, pour le reste c'est toute l'histoire de la République qui défile depuis ce matin en l'église Saint-Sulpice : ministres, chefs de partis, mais aussi anciens présidents, qu'il s'agisse de Valéry Giscard d'Estaing, lequel a pourtant toujours considéré que la trahison de son ancien Premier ministre avait contribué à sa défaite en 1981 ; mais aussi de Nicolas Sarkozy, bien que là encore la trahison ait été au cœur de leurs relations tumultueuses notamment lors de l'élection présidentielle de 1995 ; et enfin François Hollande, qui avait, lui, été un adversaire déterminé du leader de la droite au point d'aller le défier dans son fief corrézien. Bref, un hommage quasi unanime de la classe politique qui, depuis jeudi dernier, n'aura jamais cessé de vanter les qualités humaines de Jacques Chirac, à défaut de son bilan.

Plusieurs dizaines de dirigeants étrangers ou anciens dirigeants ont également participé, ce matin, à cet hommage, dont Vladimir Poutine ou Bill Clinton. Autant de participants, qui reflètent, au fond, tout autant la politique étrangère du président défunt que ses amitiés personnelles.

Invité de la rédaction : Laurent Guimier, journaliste et auteur de Jacques Chirac, une vie pour la France

Écouter
5 min
Laurent Guimier : "L'éloignement du pouvoir génère de façon quasi arithmétique une popularité grandissante et Jacques Chirac est le premier Président"
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres de l'actualité

Conséquence de la crise des "gilets jaunes" et d'une mauvaise conjoncture économique, les comptes de la Sécurité sociale ont replongé dans le rouge.  De quoi obliger le gouvernement à repousser à 2023 le retour à l'équilibre, promis pour 2019.   

Après la diffusion en intégralité ce weekend de la "convention de la droite" organisée par les proches de Marion Maréchal, marquée notamment par une sortie très dure du polémiste Eric Zemmour, la chaîne LCI reconnaît une "erreur d'appréciation".

En Autriche, fort d'une large victoire aux élections législatives, mais privé du soutien de son ancien allié l'extrême droite, le chancelier Sebastian Kurz part en quête de nouveaux partenaires de coalition.   

Au Royaume-Uni, le chef de gouvernement n'en démord pas. Au Congrès de son parti, hier, Boris Johnson a estimé que "le meilleur moyen de mettre fin aux divisions était d'accomplir le Brexit le 31 octobre prochain".

Bibliographie

Intervenants
  • journaliste, homme de radio, ancien directeur de franceinfo et d'Europe 1

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......