LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La secrétaire d'État chargée de l'Éducation prioritaire, Nathalie Elimas, lors d'une visite pour la rentrée des classes à l'école primaire Françoise Héritier de Toulouse

Comment rendre une rentrée exceptionnelle la plus normale possible ?

25 min

Dans tous les cas, c'est chaque année un moment important pour tous les élèves, quel que soit leur âge. Mais parce que pour certains, cela fait plus de cinq mois qu'ils n'avaient pas retrouvé les bancs de leur école, la rentrée de ce matin était exceptionnelle à plus d'un titre.

La secrétaire d'État chargée de l'Éducation prioritaire, Nathalie Elimas, lors d'une visite pour la rentrée des classes à l'école primaire Françoise Héritier de Toulouse
La secrétaire d'État chargée de l'Éducation prioritaire, Nathalie Elimas, lors d'une visite pour la rentrée des classes à l'école primaire Françoise Héritier de Toulouse Crédits : LIONEL BONAVENTURE - AFP

Bizarre, inédite, exceptionnelle. Après de longs mois sans école ou presque, près de 12 millions et demi d'élèves faisaient leur rentrée ce matin.  Un soulagement pour beaucoup, malgré le port du masque pour certains, et les consignes de précaution au programme pour éviter que les établissements ne deviennent des foyers de propagation du virus.

Pour autant, et même si les élèves ont pu retrouvé les bancs de l'école, les défis restent évidemment nombreux car l'épreuve de cette rentrée n'est pas seulement sanitaire. 

Les autres titres de l'actualité

C'est également aujourd'hui qu'entre en vigueur l'obligation du port du masque dans les entreprises. Avec toutefois une période de tolérance qui devrait s'engager pour permettre l'adaptation du protocole aux réalités du travail.

Le maire Les Républicains de Nice, Christian Estrosi, a lancé un pavé dans la mare, en appelant la droite à passer un accord avec Emmanuel Macron pour 2022. Au grand dam des Républicains qui cherchent toujours leur candidat.

Emmanuel Macron joue gros au Liban, aujourd'hui. Le chef de l'Etat continue à faire pression sur la classe politique pour qu'elle lance de véritables réformes susceptibles de répondre à la colère des Libanais. Etre efficace en allant vite, sans pour autant faire preuve d'ingérence. Voilà l'objectif ambitieux que le président français s'est fixé pour son deuxième déplacement en moins d'un mois.   

Invité de la rédaction : Nadim Houry, directeur exécutif du centre de réflexion sur le monde arabe Arab Reform initiative

Écouter
5 min
Nadim Houry : "Quelle légitimité a le nouveau Premier ministre ? Celle des 'partis traditionnels'. La rue, les contestataires ne l'ont pas élu."

Aux Etats-Unis, Donald Trump est attendu aujourd'hui à Kenosha, où il est accusé par son adversaire, le démocrate Joe Biden, d'avoir "attisé" les braises des tensions raciales et sociétales.

Alors que Londres et Bruxelles continuent de se rejeter mutuellement la faute du manque de progrès, pour trouver un accord sur leur relation post-Brexit, le négociateur pour l’Union européenne, Michel Barnier, rencontre aujourd'hui son homologue anglais, David Frost.

Intervenants
  • directeur exécutif du centre de réflexion sur le monde arabe Arab Reform initiative
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......