LE DIRECT
"Bouteflika, casse-toi !". Panneau brandi lors d'une manifestation contre le président en exercice à Alger.

Chronique d'un départ annoncé en Algérie

25 min

"Le dernier faux départ de Bouteflika". Voilà l'un des nombreux titres de la presse algérienne, ce matin, pour commenter l'annonce hier de la démission à venir du président, avant l'expiration de son mandat le 28 avril prochain.

"Bouteflika, casse-toi !". Panneau brandi lors d'une manifestation contre le président en exercice à Alger.
"Bouteflika, casse-toi !". Panneau brandi lors d'une manifestation contre le président en exercice à Alger. Crédits : BORIS HORVAT - AFP

En Algérie, les mauvaises langues diront sans doute que le pouvoir était déjà plié en deux. Reste à savoir si l'annonce, hier, que le président Bouteflika, affaibli physiquement, démissionnera avant la fin de son mandat, prévue le 28 avril, permettra cette fois-ci de tordre définitivement le système. D'autant que d'ici là, il y a fort à parier qu'Abdelaziz Bouteflika et ses proches feront tout pour tenter de gérer la transition politique, comme le précise d'ailleurs noir sur blanc le communiqué publié hier : avant sa démission, le chef de l'Etat prendra des "mesures pour assurer la continuité du fonctionnement des institutions ". 

En fin de compte, si en acceptant de démissionner, Abdelaziz Bouteflika s'évite à coup sûr une humiliante décision du Conseil Constitutionnel, que les faits auraient obligé à le déclarer inapte à conserver le pouvoir, pour le reste les événements ont beau s'accélérer chaque jour un peu plus, tout porte à croire que la crise est encore loin de connaître son épilogue.  Pour preuve, dès ce matin, étudiants et universitaires ont à nouveau appelé à manifester. Signe que l'annonce de la démission prochaine de Bouteflika est d'ores et déjà jugée insuffisante par les protestataires qui réclament, eux, le départ du "système".

Les autres titres de l'actualité

C'est ce soir que l'on connaîtra le nom du prochain maire de Chicago. Et d'ores et déjà, c'est une certitude, l'une des deux candidates encore en lice pour ce deuxième tour deviendra la première femme afro américaine à diriger la troisième ville des Etats-Unis.   

L'information est sourcée du quotidien américain Washington Post : les enfants du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné à Istanbul le 2 octobre dernier, auraient chacun reçu en compensation des millions de dollars des autorités saoudiennes. 

Theresa May doit diriger aujourd'hui un long conseil des ministres, au cours duquel elle s'efforcera de trouver un nouvelle solution au casse-tête du Brexit. Et ce alors que le Royaume-Uni s'achemine chaque jour un peu plus vers une sortie sans accord.

La catastrophe ferroviaire de Brétigny, qui avait coûté la vie à sept personnes, c'était le 12 juillet 2013 était-elle prévisible ? Ou dit autrement, aurait-elle pu être évitée ? Selon plusieurs documents internes de la SNCF qu'a pu se procurer le journal Le Parisien, il semble que des alertes avaient été lancées sur le manque d'agents de maintenance.   

Benoît Hamon, François Asselineau et Florian Philippot, tous trois candidats pour les élections européennes, participeront bien au débat télévisé organisé jeudi par France Télévisions entre les différentes têtes de liste. Ainsi en a décidé hier le tribunal administratif de Paris.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......