LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Logo de l'OTAN

OTAN, le sommet de tous les dangers

24 min

Les dirigeants des pays de l'OTAN sont réunis depuis ce matin en sommet à Londres, pour célébrer le 70e anniversaire de l'alliance. En revanche, on ne compte plus les différends qui risquent de gâcher la fête, sinon de ruiner carrément l'unité de l'Alliance.

Logo de l'OTAN
Logo de l'OTAN Crédits : TOBIAS SCHWARZ - AFP

On a connu anniversaire plus joyeux. Alors que les 29 représentants de l'OTAN se retrouvent à partir d'aujourd'hui et jusqu'à demain à Londres, pour célébrer le 70e anniversaire de l'Alliance, le 27e sommet de la plus puissante coalition militaire mondiale sera surtout, en réalité, l'occasion de régler quelques comptes. Le plus virulent de ces différends opposera, sans doute, Emmanuel Macron à son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan. Après que le chef de l'Etat français, fort de son image de président jeune et audacieux, a choisi de dresser il y a déjà quelques jours le procès public de l’Alliance atlantique, les deux dirigeants en sont arrivés a échanger des insultes ; le sultan d'Ankara allant même jusqu'à juger lui-même Emmanuel Macron "en état de mort cérébrale". De son côté, la Turquie devra répondre à l’embarras des alliés après son offensive militaire en Syrie. Enfin, l'autre inconnue sera le comportement de Donald Trump. Le président américain n'a qu'un seul sujet de discussion à la bouche : celui du financement des dépenses militaires de l'OTAN, que le chef de la Maison-Blanche a déjà décrit comme obsolète.  

On se souvient que dans les années 1960, un certain général de Gaulle avait, déjà, posé la question avec fracas : à quoi sert encore l’OTAN ? Et force est de constater que cette interrogation se pose, encore, aujourd'hui dans les mêmes termes, avec même cette ambiguïté supplémentaire qu'entre le comportement erratique de la Turquie, d'un côté, et le fossé transatlantique, de l'autre, on a parfois du mal à comprendre si les membres de l'OTAN sont toujours de véritables alliés ou d'irréductibles adversaires.

Les autres titres de l'actualité

L'année 2019 conclut une décennie "de chaleur exceptionnelle". Voilà la nouvelle alerte de la science lancée, ce matin, en pleine COP25 à Madrid.   

L'Asie brille une nouvelle fois dans la dernière étude Pisa de l'OCDE : Chine et Singapour caracolent en tête, tandis que la France reste dans la moyenne, sans parvenir à réduire le poids de l'origine sociale sur la réussite scolaire de ses élèves.

Après que Washington a menacé, hier, de surtaxer lourdement une série de produits français, en réponse à l'instauration par Paris d'une taxe sur les géants du numérique, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a jugé, ce matin, "inacceptable" les menaces américaines et dit espérer une "riposte forte" de toute l'Union Européenne.   

Le président russe Vladimir Poutine a promulgué, hier, une loi controversée permettant d'étendre le statut d'"agent de l'étranger" à des journalistes et des internautes. Un texte dénoncé par les ONG de défense des droits humains.

Le dossier de la rédaction, comme chaque mardi : aujourd'hui, la notion de propriété privée.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......