LE DIRECT
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire

Taxe d'habitation : le gouvernement tourne en rond

23 min

Après avoir laissé entendre qu'il s'apprêtait à renoncer à la suppression de la taxe d'habitation pour les 20% les plus aisés, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire laisse entendre tout le contraire et prévoit, désormais, de supprimer complètement cet impôt.

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire Crédits : LUDOVIC MARIN - AFP

C'est à n'y plus rien comprendre. Pas plus tard que dimanche dernier, au lendemain de l'acte 8 de la mobilisation des "gilets jaunes", le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire (invité de nos Matins demain), suggérait de revenir sur la suppression de la taxe d'habitation pour les 20% de ménages les plus riches. Une manière pour le gouvernement, critiqué pour sa politique fiscale jugée inégalitaire, de répondre aux attentes formulées par le mouvement des "gilets jaunes". Dès-hier, plusieurs membres du gouvernement laissaient d'ailleurs entendre, à leur tour, que cette éventualité pourrait être discutée lors du grand débat national. Et puis ce matin, Bruno Le Maire, toujours lui, semblant cette fois-ci prendre définitivement ses distances avec l'hypothèse d'un maintien de l'impôt a lancé lors d'un colloque à Bercy : Il faut aller "au bout de la suppression de la taxe d'habitation". Comprenez supprimer entièrement cet impôt.   

La question n'a pas encore été tranchée. Reste tout de même qu'hier encore, le gouvernement avait semble-t-il trouvé un moyen d'offrir aux "gilets jaunes" une mesure symbolique, en faisant davantage contribuer les plus hauts revenus. Et aujourd'hui, visiblement, ça n'est plus le cas. Comment expliquer un tel flottement dans la communication du gouvernement, de nature à alimenter le flou sur sa stratégie fiscale ?

Les autres titres de l'actualité

Tout en reconnaissant avoir mal agi, le boxeur professionnel qui s'en est pris samedi dernier à un policier s'est rendu aux forces de l'ordre. Il a expliqué avoir été "gazé avec sa femme" par les CRS et que "la colère était montée en [lui]". Une cagnotte a été mise en ligne pour lui venir en aide, laquelle aurait déjà récolté près de 120 000 euros.

Au procès du cardinal Barbarin et de cinq autres membres de la hiérarchie de l'Eglise, jugés pour non-dénonciation d'agressions sexuelles, Régine Maire, présentée comme une ex-responsable d'une cellule d'écoute de victimes au diocèse de Lyon, s'est à son tour défendue d'avoir "étouffé" des agressions sexuelles.

Après avoir annoncé, à la surprise générale, le départ des troupes américaines de Syrie, Donald Trump a finalement assuré, hier, que ce retrait serait mené à un "rythme adapté".    

La crise diplomatique s'éternise sur le sort de quelques 49 migrants, dont des enfants et des adolescents, ballottés en mer Méditerranée depuis plus de deux semaines.

C'était ce matin la première comparution devant un juge du PDG de Renault, Carlos Ghosn, près de deux mois après son arrestation surprise à Tokyo.    

Flavien Neuvy, économiste et directeur de l'observatoire Cetelem de l'automobile, le 8 janvier 2019
Flavien Neuvy, économiste et directeur de l'observatoire Cetelem de l'automobile, le 8 janvier 2019 Crédits : Nathalie Lopes - Radio France
Intervenants
  • Economiste, Directeur de l’Observatoire Cetelem de l’automobile
À venir dans ... secondes ...par......