LE DIRECT
Le Premier ministre, Edouard Philippe (g) et le Président de la République, Emmanuel Macron(d)

Quand le maître des horloges se veut aussi le maître du suspens

23 min

Emmanuel Macron et Édouard Philippe devraient, a priori, dévoiler aujourd'hui un nouveau gouvernement, avec lequel ils espèrent tourner la page d'une rentrée calamiteuse.

Le Premier ministre, Edouard Philippe (g) et le Président de la République, Emmanuel Macron(d)
Le Premier ministre, Edouard Philippe (g) et le Président de la République, Emmanuel Macron(d) Crédits : LUDOVIC MARIN / POOL / AFP - AFP

Visiblement, toutes les planètes seraient donc alignées depuis ce matin pour permettre, enfin, le lancement sur orbite du remaniement ministériel. L'agenda du président de la République était vide jusqu'à son déjeuner avec le président ouzbek. Quant au Premier ministre, Edouard Philippe, rentré hier soir de Lyon, il a annulé le traditionnel petit-déjeuner de la majorité à Matignon pour se rendre directement, ce matin, au palais de l'Elysée, duquel il est ressorti il y a moins d'une demi-heure, a priori, sans présenter sa lettre de démission au chef de l'Etat. Ce qui, d'ailleurs, ne permet pas de savoir si l'hypothèse d'une démission du gouvernement est effectivement abandonnée ou simplement retardée. Décidément, le maître des horloges se veut aussi à présent le maître du suspens. 

Quoi qu'il en soit, reste une question de fond. Car bien au-delà du prochain casting, ce remaniement sera surtout, en réalité, l'occasion de s'interroger à nouveau sur l'identité même de ce que prétendait être le macronisme, un pouvoir qui ne devait ressembler à aucun autre, tant par le jeu des équilibres politiques, de droite ET de gauche, que par le respect de la parité, des hommes ET des femmes, sans oublier cette alliance entre professionnels de la politique d'un côté ET acteurs de la société civile de l'autre. En d'autres termes, à quoi servira, in fine, ce remaniement ?

Les autres titres de l'actualité

Première journée de grève depuis la rentrée contre la politique du gouvernement. La CGT, Force ouvrière, Solidaires, l'Unef, la FIDL et l'UNL sont derrière cet appel interprofessionnel, lancé fin août.

Invité de ce journal : Bernadette Groison, secrétaire générale de la Fédération syndicale unitaire (FSU)  

Le vote solennel sur la loi Pacte aura lieu aujourd'hui à l'Assemblée. Une loi censée redéfinir un nouveau modèle d'entreprise et permettre, à terme, de relancer la croissance en France.

Le second suspect de la tentative d'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal a été identifié.  Il s'agirait d'un médecin du service de renseignement militaire russe. C'est du moins ce qu'annonce le site d'investigation britannique Bellingcat.    

A Hong Kong, la chef du gouvernement se refuse toujours à donner la moindre explication après qu'un journaliste britannique a été sommé de quitter le territoire avant la fin de la semaine. Londres et Washington expriment leurs inquiétudes pour la liberté de la presse.    

Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......