LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des manifestants protestent à l'ouverture du procès de 12 leaders indépendantistes catalans.

Procès historique en Espagne de l'indépendantisme catalan

25 min

Alors que la question catalane enflamme toujours autant les esprits en Espagne, le procès de douze dirigeants indépendantistes, pour la tentative de sécession d'octobre 2017, s'est ouvert ce matin à Madrid.

Des manifestants protestent à l'ouverture du procès de 12 leaders indépendantistes catalans.
Des manifestants protestent à l'ouverture du procès de 12 leaders indépendantistes catalans. Crédits : LLUIS GENE - AFP

C'est un procès historique autant qu'explosif qui s'ouvre aujourd'hui en Espagne. Depuis ce matin, douze leaders indépendantistes ont rejoint le banc des accusés du Tribunal suprême, pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en octobre 2017. Les peines réclamées par le parquet vont de sept à vingt-cinq ans de prison pour rébellion, malversation de fonds publics et désobéissance. Les séparatistes dénoncent une "farce" et un procès politique. Ils ont, d'ailleurs, appelé à une manifestation, ce soir, dans les rues de Barcelone.  Tout au long de se procès qui devrait durer plusieurs mois, une question, en particulier, devrait occuper les débats : y a-t-il eu ou non violence ? Le chef d'accusation contesté de rébellion suppose, en effet, l'existence d'un soulèvement violent. Pour le parquet, la réponse ne fait aucun doute, les accusés ayant "appelé les citoyens à participer à un référendum en étant conscients de son illégalité et du fait que des explosions de violence pouvaient se produire". De leur côté, les indépendantistes démentent, affirmant que la seule violence a été celle des policiers le jour du référendum.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres de l'actualité

C'est l'une des plus vastes opérations jamais entreprises en Turquie, depuis le putsch manqué de 2016.  Les autorités ont ordonné l'arrestation de 1 112 personnes soupçonnées de liens avec le réseau du prédicateur Fethullah Gülen.  

Ils sont nés de pères souvent décédés et de mères dont les pays d'origine ne veulent plus. Alors que l'offensive se poursuit contre le dernier bastion de Daech en Syrie, des milliers d'enfants fuient en masse ce qui reste du "califat" du groupe Etat islamique.    

Tout en continuant à mener l'enquête qui a scellé la chute de son ancien patron, Nissan a publié ce matin des prévisions annuelles en baisse. Il faut dire que près de trois mois après l'arrestation de Carlos Ghosn, le groupe automobile japonais doit en plus composer avec des bénéfices en chute.   

La démission d'Ismaël Emelien, le "conseiller spécial" d'Emmanuel Macron, est un "choix très personnel", a assuré ce matin Benjamin Griveaux. En d'autres termes, le porte-parole du gouvernement refuse de faire un quelconque lien avec l'affaire Benalla, dans laquelle Ismaël Emelien, fidèle de la première heure du chef de l'Etat, est aujourd'hui mis en cause.   

Le Sénat doit se prononcer aujourd'hui, en première lecture, par un vote solennel sur l'ensemble du projet de loi Pacte. Hier, la Chambre Haute à majorité de droite en a, d'ores et déjà, retoqué plusieurs articles, dont celui prévoyant les privatisations d'Aéroports de Paris et de la Française des Jeux.    

En France, les actes antisémites ont bondi de 74% en 2018. C'est ce qu'a annoncé hier le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, après plusieurs actes antijuifs commis récemment à Paris et en Île-de-France. Notre invité : l'avocat Alain Jakubowicz, président d'honneur de la LICRA.

Personne ne prend la mesure de l'antisémitisme en France, et depuis des années ! C'est un cancer qui est en train de gangrener toute notre société. Aujourd'hui, et c'est un fait nouveau, on ne se cache même plus : on revendique son antisémitisme. (...) C'est devenu tendance, fashion, à la mode, d'être antisémite. Et lorsque l'on assiste à un acte antisémite, notamment dans des manifestations, personne ne réagit ! Tout le monde s'en fout. C'est quelque chose qui fait partie aujourd'hui de l'environnement de notre société et pour un vieux militant comme moi, c'est une source de peine intense parce qu'on a l'impression que ces années de militantisme n'ont servi à rien !

Intervenants
  • avocat, président d'honneur de la LICRA, qu'il a présidé de janvier 2010 à novembre 2017
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......