LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une clinique de vaccination contre le Covid-19 à l'hôpital universitaire de Coventry, dans le centre de l'Angleterre,

Covid-19 : comme une traînée de poudre en Europe

25 min

La dégradation de la situation sanitaire oblige plusieurs pays européens à réimposer des confinements, tempérant d'autant les espoirs liés à la mise en oeuvre d'un vaccin contre le coronavirus.

Une clinique de vaccination contre le Covid-19 à l'hôpital universitaire de Coventry, dans le centre de l'Angleterre,
Une clinique de vaccination contre le Covid-19 à l'hôpital universitaire de Coventry, dans le centre de l'Angleterre, Crédits : STEVE PARSONS / POOL / AFP - AFP

En célébrant, le 1er janvier dernier, l'avènement d'une nouvelle décennie, qui aurait pu imaginer ce que 2020 réserverait au monde ? En quelques mois à peine, le nouveau coronavirus aura paralysé les économies et dévasté des communautés entières. Or voilà qu'en cette fin d'année, la pandémie se propage, à nouveau, comme une traînée de poudre en Europe. En Angleterre, tout d'abord, pionnière, dans le lancement des vaccinations, Londres et certaines régions du sud-est de la province britannique viennent de basculer en niveau d'alerte "très élevé" en raison d'une augmentation exponentielle des cas de Covid-19. Une nouvelle flambée qui, selon les autorités, pourrait être liée à une mutation du virus.

Les autres titres de l'actualité

En France, où une sortie de la crise sanitaire s'avère pourtant et comme partout ailleurs bien plus difficile que prévu, c'est aujourd'hui que le pays va sortir de son deuxième confinement. Un déconfinement au profit d'un couvre-feu nocturne.

Cette sortie du confinement ne concerne pas, en revanche, tout le monde: les restaurants et les lieux culturels restent fermés. Plusieurs rassemblements du monde de la culture sont prévus aujourd'hui. Nous serons en direct de la manifestation place de la Bastille.

Invitée de la rédaction : Anne Monfort, metteuse en scène et membre du bureau du Syndeac :

Écouter
5 min
Premier écho de cette manifestation place de la Bastille des professionnels de la Culture par Anne Lamotte. Avec la réaction et l'analyse de la metteuse en scène Anne Monfort, du bureau du Syndeac (syndicat des entreprises artistiques et culturelles)

On a peut-être tardé à se manifester, mais là, c'est vrai qu'il y a une colère assez forte, notamment depuis que les commerces dits "non essentiels" ont rouvert. Nous avons l'impression d'une injustice totale. Avec aussi la question des lieux de culte. Et pour nous la question de "Pourquoi nous, on reste fermés ?" Alors que nous avons mis en place des protocoles sanitaires depuis le début, que l'on propose d'ouvrir en demi jauge, voire moins en cas de recrudescence épidémique. Nous avons déjà été fermés un bout de temps, donc la recrudescence épidémique n'est pas de notre fait. Et surtout, c'est la portée symbolique de cette décision, de cet oubli, volontaire ou involontaire, qui nous semble très compliquée. A savoir de garder fermés les lieux de l'émancipation, de la liberté de penser, où on est ensemble pour traverser des émotions artistiques, partager des idées. (...)            
Si c'est un oubli, comme je crois à l'inconscient, je trouve que c'est un oubli extrêmement violent. Et qui raconte un impensé total, en fait.            
Anne Monfort

Premiers instantanés de la manifestation de la Bastille de ce mardi.
Premiers instantanés de la manifestation de la Bastille de ce mardi. Crédits : Anne Lamotte - Radio France
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le Premier ministre a suggéré, ce matin, que les enfants qui le peuvent n'aillent pas à l'école jeudi et vendredi prochain, afin de limiter les risques de contamination à Noël. Jean Castex qui reprend à son compte une recommandation du Conseil scientifique.

Selon un rapport de la Cour des Comptes, la crise du Covid-19 aura eu un impact significatif sur les finances des collectivités territoriales.

Le président Emmanuel Macron a ouvert la voie, hier soir, à la tenue d'un référendum sur le climat mais dont l'organisation reste, toutefois, assez largement incertaine.

Boko Haram a revendiqué l'enlèvement de centaines de lycéens dans le nord-ouest du Nigeria.

A la veille de la remise du Prix Sakharov du Parlement européen à l'opposition biélorusse, nous écouterons l'une de ses figures, aujourd’hui en exil : Svetlana Tikhanovskaïa.

Depuis plus de quatre mois maintenant, les protestations inédites contre la réélection du président autocrate Alexandre Loukachenko ont, notamment, mis sur le devant de la scène cette jeune professeure d'anglais, mère de famille de 38 ans, et candidate surprise de l'opposition. En route, donc, vers Bruxelles, elle s’est arrêtée à Berlin où elle a bien voulu accorder un rare entretien à notre correspondant Ludovic Piedtenu :

Écouter
1 min
"Bien sûr, les gens sont fatigués, mais ils sortent pour manifester. Peut-être plus en aussi grand nombre mais vous devez comprendre que leur volonté ne s'éteindra pas." Svetlana Tikhanovskaïa au micro de Ludovic Piedtenu.
La figure de proue de l'opposition Svetlana Tikhanovskaïa lors d'une manifestation anti-Loukachenko le 5 octobre 2020.
La figure de proue de l'opposition Svetlana Tikhanovskaïa lors d'une manifestation anti-Loukachenko le 5 octobre 2020. Crédits : Kay Nietfeld / dpa - Getty
Intervenants
  • metteuse en scène de théâtre, de la compagnie Cie Day-for-Night, implantée à Besançon
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......