LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Cellule de garde à vue au commissariat du XVe arrondissement de Paris. Les commissariats des Xe, XVIe et XIXe arrondissements ont été visité par la CGLPL.

Dominique Simonnot : "Dans les cellules de garde à vue en France, pas le moindre signe d'hygiène"

24 min

La contrôleure générale des lieux de privation de liberté dénonce des cellules indignes dans les commissariats, plus encore en période de crise sanitaire.

Cellule de garde à vue au commissariat du XVe arrondissement de Paris. Les commissariats des Xe, XVIe et XIXe arrondissements ont été visité par la CGLPL.
Cellule de garde à vue au commissariat du XVe arrondissement de Paris. Les commissariats des Xe, XVIe et XIXe arrondissements ont été visité par la CGLPL. Crédits : Sylvie Charbonnier - Radio France

Conditions sanitaires, mesures d'hygiène, gestes barrières, distanciation sociale. Depuis un an et demi que toutes ces consignes, comme les appels répétés à la vigilance s'accrochent à notre quotidien, comment dès-lors ne pas s'étonner des conditions d'accueil des personnes placées en garde à vue, dans les locaux de la République ? "L'accumulation de crasse", les "odeurs pestilentielles", la "saleté qui saute à la gorge". Dans le rapport qu'elle publie aujourd'hui, la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté dresse un tableau accablant, jusqu'à l’écœurement, des cellules de commissariat qu'elle a visité entre novembre 2020 et juillet de cette année. Mais plus encore, Dominique Simonnot estime que ces conditions de promiscuité et d'hygiène, déjà inadmissibles en temps ordinaire, le sont plus encore en période de crise sanitaire.   

Dans sa réponse, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a aussitôt rejeté le terme de "totale indignité", le jugeant "trop catégorique" et surtout "trop général" car fondé "sur la visite d'un nombre limité de locaux". En l'occurrence, 17 commissariats à Paris, en Ile-de-France et en régions sur plus de 600 en France. Dès-lors, qui faut-il croire ?

Dominique Simonnot, contrôleure générale des lieux de privation de liberté
Dominique Simonnot, contrôleure générale des lieux de privation de liberté Crédits : Bertrand Guay - AFP

Les autres titres de l'actualité

L'idée serpentait depuis déjà plusieurs mois. Ce matin, le Premier ministre Jean Castex a acté la renationalisation de la gestion du revenu de solidarité active (RSA) en Seine Saint-Denis, ôtant ainsi une partie du fardeau financier au département le plus pauvre de la métropole.  

Après dix-huit mois de fermeture des établissements, les étudiants durement éprouvés par la crise sanitaire font, enfin, leur rentrée dans les facs depuis ce matin.

Vingt ans après, Toulouse commémore aujourd'hui l'explosion meurtrière de l'usine AZF qui avait traumatisé la Ville rose.  

Invité de la rédaction : Thomas Le Roux, historien et chercheur au CNRS, spécialiste de l’histoire du risque.

Écouter
6 min
Thomas Le Roux : "Depuis 20 ans, on assiste à une forme de dérégulation du risque industriel."

Depuis les années 2010, les inspecteurs des établissements classés ont stagné au niveau de leur effectif et surtout leurs visites ont chuté de 40%. Ils ont été beaucoup plus accaparés sur des dossiers administratifs ou des instructions, plutôt que sur des réels contrôles.  On constate aussi diverses mesures d’assouplissement, au niveau juridique, des dossiers administratifs pour les industriels depuis notamment la fin des années 2000.

L'Assemblée générale de l'ONU sera-t-elle l'occasion d'une confrontation de plus en plus envenimée entre les Etats-Unis et la Chine ? Le tout sur fond de crise transatlantique.

En Afghanistan, les talibans ont fait une nouvelle annonce de taille : l'absence de femmes au sein du gouvernement.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......