LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le PDG de Lubrizol, Eric Schnur, a été auditionné par la mission d'information de l'Assemblée nationale

Trois semaines après l'incendie de Lubrizol, le PDG de l'entreprise répond aux parlementaires

24 min

Alors que la dépollution du site de l'usine Lubrizol de Rouen débute ce mardi, trois semaines après l'incendie, le PDG américain de l'entreprise est entendu ce matin par les députés de l'Assemblée nationale, avant de retrouver les sénateurs cet après-midi.

Le PDG de Lubrizol, Eric Schnur, a été auditionné par la mission d'information de l'Assemblée nationale
Le PDG de Lubrizol, Eric Schnur, a été auditionné par la mission d'information de l'Assemblée nationale Crédits : Sébastien Muylaert - Maxppp

Les opérations doivent durer deux mois. Les premiers fûts jugés à risque sont en cours d'évacuation du site de l'usine Lubrizol. Il y a trois semaines, près de 10 000 tonnes de produits partaient en fumée à Rouen dans l'incendie qui a ravagé l'usine classée Seveso. Place maintenant à la dépollution et aux explications. Le patron américain de Lubrizol, Eric Schnur, a été auditionné par les députés de la mission d'information de l'Assemblée nationale. Il a commencé par s'excuser, avant de se défendre. 

D'après le PDG du groupe, l'incendie s'est déclenché "à l'extérieur" du site. Et il a assuré que les produits qui ont brûlé "ne portent aucune menace sur la santé", a notamment déclaré Eric Schnur, qui a également abordé la question des indemnisations. Elle est aussi au coeur des débats. Et à ce sujet, on ignore encore quelle somme devra verser l'entreprise aux différents acteurs du territoire touchés par l'incendie. Les précisions de Rémi Brancato.  

Le groupe Lubrizol, Lubrizol France et les précédents incidents
Le groupe Lubrizol, Lubrizol France et les précédents incidents Crédits : Visactu - Visactu

Emmanuel Macron à Mayotte

Il promet d'apporter des réponses "extrêmement concrètes" aux difficultés de l'archipel. Emmanuel Macron est arrivé à Mayotte ce mardi. Le Président vient parler, notamment, d'immigration clandestine et de pauvreté. Il a d'ailleurs abordé ces questions d'entrée de jeu, lors d'un discours prononcé à son arrivée.  

Les agriculteurs dans la rue

Mais c'est aussi ce matin en métropole que le Président est interpellé. Par les agriculteurs. Ils se sont mobilisés dans la matinée devant toutes les préfectures à l'appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs. Ils demandent au chef de l'Etat de prendre leur défense. Pour évoquer ce sujet, Patrick Benezit, secrétaire général adjoint de la FNSEA, est l'invité de ce journal. Il répond aux questions d'Anne-Laure Chouin.

Écouter
6 min
Patrick Benezit (FNSEA) : "Le monde agricole a besoin de cohérence politique"
Patrick Benezit, secrétaire général adjoint de la FNSEA, le 22 octobre 2019.
Patrick Benezit, secrétaire général adjoint de la FNSEA, le 22 octobre 2019. Crédits : Nathalie Lopes - Radio France

Après la loi alimentation, le compte n'y est toujours pas. Beaucoup de productions ne couvrent toujours pas leurs coûts de production. C'est un vrai problème pour l'avenir de certains secteurs agricoles et c'est aussi la base des revendications et du mouvement de ce mardi devant les préfectures. Aujourd'hui, on sait très bien que des chartes ou la bonne volonté ne suffisent pas. Nous ne sommes pas dans un pays comme ça. Il existe quatre centrales d'achat. Nous l'avons dit et redit au gouvernement : nous aurions souhaité que cette loi soit plus exigeante, plus dure. C'était un bon début, mais force est de constater qu'elle ne va pas assez loin pour contraindre les quatre centrales d'achat et certains industriels très puissants à renvoyer cette valeur au monde agricole. Le problème, c'est que le monde agricole n'a plus beaucoup de temps et doit retrouver la rentabilité, cela fait partie de nos revendications importantes aujourd'hui.    
Patrick Benezit

Les labos en grève

Le coup de sang des labos. Les laboratoires de biologie médicale ferment leurs portes pendant trois jours. Ils dénoncent les économies qui leurs sont demandées pour l'année prochaine : 170 millions d'euros. Les dernières négociations la semaine dernière avec l'Assurance Maladie, n'ont pas permis de répondre aux inquiétudes de la profession, selon François Blanchecotte, le président du Syndicat Des Biologistes, joint par Diane Berger. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La trêve expire en Syrie

Le compte à rebours est lancé. Le délai accordé par l'armée turque aux forces kurdes pour se retirer du nord de la Syrie, arrive à son terme ce soir. Et à quelques heures de la fin de cette trêve, le président turc Recep Tayyip Erdogan a rencontré son homologue russe, Vladimir Poutine, à Sotchi. Décryptage avec Eric Biegala, envoyé spécial de France Culture à Istanbul.

Un revirement inexpliqué pour la présidentielle bolivienne

Un appel à la grève illimitée est lancé en Bolivie. Une partie de la société dénonce les derniers résultats électoraux. Ils donnent le sortant Evo Morales vainqueur au premier tour de la présidentielle. Et pourtant, les premières tendances ouvraient la voie à un second tour entre le socialiste et son principal adversaire Carlos Mesa. Les précisions de Valérie Crova.   

Benjamin Netanyahu plus en difficulté que jamais

Benjamin Netanyahu jette l'éponge. Après un mois de tractations, le Premier ministre israélien de droite n'a pas réussi à former de gouvernement. Une fois désigné, son rival centriste Benny Gantz, aura 28 jours pour essayer à son tour. Dès lors, quatre scénarios semblent possibles, nous explique le correspondant de France Culture à Jérusalem, Frédéric Métézeau. 

Justin Trudeau vainqueur affaibli au Canada

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau remporte son pari d'un deuxième mandat, malgré les nombreux scandales qui ont marqué ses quatre années au pouvoir et les attaques souvent virulentes de l'opposition sur son bilan. Mais il ressort affaibli de ce scrutin. Son parti libéral se contente d'une majorité relative au Parlement. Lui qui a été habitué à gouverner seul va devoir apprendre à partager le pouvoir. Analyse de Nathanaël Charbonnier, envoyé spécial de France Culture à Montréal au Canada. 

Crédits : Visactu
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......