LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jared Kushner, conseiller spécial et gendre du président américain Donald Trump

Conflit israélo-palestinien : le "deal du siècle", vraiment ?

25 min

Après plus de deux ans d'attente, l'administration américaine doit présenter à Bahreïn le volet économique de son plan visant à régler le conflit israélo-palestinien, en l'absence des Palestiniens qui jugent la démarche inopportune, dans la mesure où elle n'offre aucune solution politique.

Jared Kushner, conseiller spécial et gendre du président américain Donald Trump
Jared Kushner, conseiller spécial et gendre du président américain Donald Trump Crédits : MANDEL NGAN - AFP

De son propre aveu, son projet doit permettre de changer la donne au Proche-Orient. Reste, évidemment, à savoir dans quel sens. Toujours est-il que c'est donc aujourd'hui à Manama, au Bahrein, que Jared Kushner, le gendre du président américain, doit présenter au reste du monde son fameux plan de paix, baptisé le "deal du siècle" et censé résoudre rien de moins que le conflit israélo-palestinien, vieux de soixante-dix ans. Or parce qu'avant lui aucun des diplomates, pourtant chevronnés, qui se sont essayé à résoudre ce casse-tête n'y sont parvenus, la tâche s'annonce a priori difficile, sinon insurmontable, pour ce conseiller spécial, quiplus est sans la moindre expérience diplomatique. Sans compter que depuis deux ans, son beau-père, locataire de la Maison-Blanche, n'aura lui pas ménagé ses efforts pour initier une dynamique à même de faire douter de la nature totalement impartiale de ce plan : après s’être déclaré indifférent à la question de savoir si les négociations de paix devaient aboutir à la solution à deux États, Donald Trump a choisi de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, avant d'annoncer mettre fin au financement de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens et pour finir de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan.    

Quelques informations ont filtré sur ce que pourrait proposer les Etats-Unis. On parle, notamment, d'un volet économique qui viserait 50 milliards de dollars d'investissements sur dix ans pour les Palestiniens. En revanche, ce projet semble évacuer complètement la question politique relative au règlement de ce conflit. De quoi susciter, d'ores et déjà, le rejet de l'Autorité palestinienne.

Les autres titres de l'actualité

En l'absence des principaux intéressés, cette conférence de Manama ne devrait pas parvenir à des résultats tangibles. En revanche, elle donnera surtout l'occasion aux Etats-Unis de tenter de rapprocher les Etats du Golfe de leur allié principal dans la région, Israël, dans le cadre d'une vaste alliance anti-iranienne.

Depuis hier, la voie est désormais libre pour un retour des Russes au sein de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.  Un amendement a été voté en ce sens, hier, au terme d'une séance marathon qui aura opposé les partisans de la fermeté à ceux du dialogue avec Moscou. L'Ukraine a d'ailleurs aussitôt décidé de suspendre sa participation aux travaux de l'Assemblée.   

Le patron de Nissan a entrouvert la porte, ce matin, aux discussions sur la structure de l'alliance avec son partenaire Renault, lors d'une assemblée générale d'actionnaires pour le moins tendue et ce alors que le partenariat franco-japonais reste fragilisé par l'éviction de son bâtisseur Carlos Ghosn.    

Un colosse français de 17 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel va voir le jour dans le secteur des services informatiques avec le rachat annoncé lundi du groupe de conseil en technologie Altran par le géant des services informatiques Capgemini.

Les recherches pour tenter de retrouver le jeune homme porté disparu, lors de la nuit de la Fête de la musique à Nantes, se poursuivent ce matin, quatre jours après une opération policière controversée, dans un contexte houleux de fin de soirée et au cours de laquelle 14 personnes sont tombées dans la Loire.   

L'invité de la rédaction : Nathalie Hassel, directrice de la fondation APRIL, à l’occasion de la publication du 2e baromètre sur les conséquences de l’hyperconnexion pour la santé (réalisé en partenariat avec l’Institut de sondages BVA, du 15 au 16 mai 2019 auprès de 1000 Français).

Nathalie Hassel, directrice de la fondation APRIL, le 25 juin 2019
Nathalie Hassel, directrice de la fondation APRIL, le 25 juin 2019 Crédits : Nathalie Lopes - Radio France
Écouter
6 min
Nathalie Hassel : "Les Français passent 4h30 par jour devant un écran en moyenne"

Les Français déclarent passer 4h30 en moyenne par jour devant leurs écrans. C'est près de huit minutes de plus par rapport à 2018. Ce temps d'exposition moyen explose avec certaines catégories de la population : les 18-34 ans passent près de 5h48 devant leurs écrans, les cadres 6h03, les Franciliens, sans doute avec des temps de trajet plus importants, 5h05, et les diplômés du supérieur 4h44. Avec globalement des effets sur les fonctions physiologiques. Les Français nous disent qu'ils mesurent les impacts négatifs sur le sommeil (pour 58% d'entre eux), mais surtout en premier lieu sur la vision (pour 71% d'entre eux) et également sur l’activité physique.  

Infographie publiée le 30 juin 2017
Infographie publiée le 30 juin 2017 Crédits : Visactu
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......