LE DIRECT
 Le Premier ministre Boris Johnson regarde un patient recevoir une dose du vaccin Oxford / Astrazeneca dans le nord de Londres le 25 janvier 2021.

Londres met en garde contre le "nationalisme vaccinal" suite à la menace de Bruxelles de contrôler ses exportations de vaccins

24 min

La menace de la Commission européenne face aux annonces de retard sur les livraisons de vaccins de Pfizer et AstraZeneca, pourrait pénaliser le Royaume-Uni, sorti de l'Union. Le gouvernement britannique assure avoir confiance en les laboratoires pour que toute la campagne de vaccination.

 Le Premier ministre Boris Johnson regarde un patient recevoir une dose du vaccin Oxford / Astrazeneca dans le nord de Londres le 25 janvier 2021.
Le Premier ministre Boris Johnson regarde un patient recevoir une dose du vaccin Oxford / Astrazeneca dans le nord de Londres le 25 janvier 2021. Crédits : Stefan Rousseau / POOL - AFP

Le gouvernement britannique monte au créneau ce midi, bien embarrassé par le risque de voir les livraisons de vaccins prendre du retard en Europe. Après les délais de livraisons de vaccins contre le Covid annoncés par Pfizer, la même annonce par AstraZeneca vendredi a suscité la colère de l'Union européenne, ce qui a amené la Commission européenne à menacer les exportations hors de l'Europe. Donc vers le Royaume-Uni désormais. A Londres les précisions de Richard Place.

Les autres titres du journal

Angela Garcia Poveda, Vivienne Cox ou encore Barbara Dalibard. Il y a dix ans, le nom de ces femmes n'aurait pas pu être cité quand on évoque les grands groupes Legrand, Sodexo et Michelin. Aujourd'hui, chacune préside un conseil d'administration en leur sein. Et il n'est pas exagéré de souligner l'importance de la loi Copé-Zimmerman pour amener à ce que ces cercles économiques ne soient plus des mondes d'hommes. Le texte adopté il y a dix ans a imposé 40 % de femmes dans les conseils d'administration. Un objectif largement dépassé, puisqu'à ce jour, on constate un taux de féminisation des conseils d'environ 46% pour le CAC 40 et le SBF 120, l’indice qui regroupe les 120 plus grandes entreprises cotées sur la place de Paris. Et le gouvernement veut aller plus loin car il demeure de sérieuses lacunes dans les comités de direction et les comités exécutifs des entreprises. Des pistes contraignantes ont été présentées ce matin par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, accompagné d'Elisabeth Borne au travail et Elisabeth Moreno, à l'égalité femmes/hommes. Pour en parler notre invité est Brigitte Grésy, la présidente du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Écouter
4 min
Brigitte Grésy : "La parité n'ouvre pas forcément l'accès au pouvoir."

La crise sanitaire se fait ressentir à tous les niveaux de la société. Il a été démontré qu'elle amplifiait toutes les inégalités, notamment face au logement. Et c'est d'autant plus compliqué pour les locataires aux faibles revenus quand la législation autour des loyers n'est pas respectée. Dans ce contexte, une enquête de la CLCV, l'Association nationale de consommateurs et usagers, révèle que 40% des annonces pour un logement à Paris ne respectent pas l'encadrement des loyers mis en place il y a 5 ans. L'association lance un message ce midi : "halte à l'impunité". Eclairage signé Anne-Laure Chouin.

En Italie, Giuseppe Conte, parti pour mieux revenir, avec si possible une nouvelle majorité à ses côtés. Le Premier ministre ce matin, comme prévu, a annoncé en Conseil des ministres sa démission. Il est également allé devant le président, Sergio Matterella, pour lui remettre. C'est la 1ère étape dans la stratégie de Giuseppe Conte, pour relancer une coalition de gouvernement. Correspondance depuis Rome de Bruce de Galzain.

Le Beauvau de la sécurité a démarré hier, avec une journée surtout inaugurale. La grande concertation nationale avec des experts, des élus, des parlementaires doit s'étendre sur plusieurs mois, avec comme objectif de moderniser la police et rétablir le lien de confiance avec la population. Le ministre de l'Intérieur a toutefois dévoilé quelques pistes dans une interview au Parisien ce matin. Gérald Darmanin annonce par exemple la création d'une réserve opérationnelle de la police nationale. Un dispositif qui existe déjà, on y compte actuellement près de 5 000 réservistes, composé à 90 % par des retraités. C'est un problème pour le ministre veut rajeunir cette réserve et atteindre le chiffre de 30 000 hommes, comme dans la gendarmerie avec comme spécialité les violences conjugales et intrafamiliales. Mais avec quels moyens ? C'est la question que se pose Linda Kebbab, la déléguée nationale Unité-SGP Police.

Intervenants
  • haute fonctionnaire, présidente du Haut Conseil à l'égalité, autrice de plusieurs rapports et co autrice de la loi de 2011 sur la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d'administration
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......