LE DIRECT
Des militants écologistes participent à une marche pour protester contre le projet de loi sur le climat à Bordeaux.

Climat à l'orage entre le Sénat et le gouvernement

25 min

Le Sénat s'apprête à adopter aujourd'hui en première lecture un projet de loi climat revu et corrigé sur un certain nombre de points forts, qui s'annoncent déjà comme autant de points de blocage dans la recherche d'un compromis avec leurs collègues députés.

Des militants écologistes participent à une marche pour protester contre le projet de loi sur le climat à Bordeaux.
Des militants écologistes participent à une marche pour protester contre le projet de loi sur le climat à Bordeaux. Crédits : Philippe LOPEZ / AFP - AFP

Issu des travaux de la Convention citoyenne, le projet de loi climat et résilience, dernière grande loi environnementale du quinquennat d'Emmanuel Macron, était censé mettre un terme aux atermoiements face à l'urgence climatique, en même temps que graver enfin dans le marbre la nécessité impérative de conduire, collectivement, une transition écologique la plus rapide et juste que possible. Et pourtant, après les arbitrages de l'exécutif, qui de l'aveu des citoyens ne traduiraient que partiellement l’ambition de leurs propositions, voilà que de nouveaux points de désaccord ont vu le jour laissant a priori peu de chances, cette fois-ci, à la réussite d'un accord porté par la représentation nationale.   

Au terme de plus de deux semaines de séances publiques intenses, le Sénat (dominé par l'opposition de droite) s'apprête à adopter aujourd'hui en première lecture une version largement remaniée par ses soins du tentaculaire projet de loi, manière de bien marquer sa différence. Ce que déplore le gouvernement. Et ce qui signifie, aussi, que sénateurs et députés vont désormais devoir s'entendre sur une version commune, dans le cadre d'une commission mixte paritaire mi-juillet. Or, en cas d'échec, le texte repartirait en nouvelle lecture à l'Assemblée. De sorte que le nouvel examen dans l'hémicycle pourrait, le cas échéant, devoir encore attendre la rentrée de septembre.

Les autres titres de l'actualité

La poussière des régionales n'est pas encore retombée que les écologistes ouvrent le chapitre de leur primaire. Ce matin, le maire de Grenoble Eric Piolle s'et déclaré candidat en promettant de "composer avec tout le monde" à gauche.

Thierry Mariani, candidat malheureux à la présidence de la région PACA vient de se faire rappeler à l'ordre par le Parlement européen avec quatre autres Eurodéputés du Rassemblement National. En cause : des missions d'observation abusives.  

Toutes les places financières européennes cherchent aujourd'hui à récupérer les activités qui ne pourront plus s'exercer à la city de Londres, Brexit oblige. Sauf que cette concurrence au sein de l'UE a des effets négatifs sur l'harmonisation des règles européennes, en matière de régulation financière.

Hier, se tenait à Bourges la deuxième édition des états généraux des festivals, lancés par la ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

En Ethiopie, les forces loyales aux anciennes autorités dissidentes de la région du Tigré sont entrées, hier, dans la capitale.  

Invité de la rédaction : René Lefort, chercheur indépendant, spécialiste de la Corne de l’Afrique.

Écouter
5 min
René Lefort : "Les Tigréens n'ont jamais accepté d'être gouvernés par une autorité non tigréenne à part un tout petit interlude après la 2e guerre mondiale. Et ils sont des combattants hors pair."

L'Italie va mettre fin à une spécificité unique depuis le début de la crise sanitaire : l'interdiction de licencier.

Intervenants
  • chercheur, spécialiste de la Corne de l’Afrique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......