LE DIRECT
Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti

Quand l'ancien ténor du barreau Éric Dupond-Moretti réforme la justice

25 min

Le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, a dévoilé hier les grandes lignes d'un large projet de loi de réforme de la justice, alors même que l’effet de la condamnation de Nicolas Sarkozy n'est pas encore retombé.

Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti
Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti Crédits : THOMAS COEX - AFP

Si depuis la condamnation de Nicolas Sarkozy, ses partisans ne cessent de dénoncer un acharnement judiciaire, l’ancien président et avocat de profession a pourtant bel et bien choisi le terrain de la loi pour en découdre. Et n'exclut pas, désormais, d'aller devant la Cour européenne des droits de l'Homme. Il le dit, ce matin, dans une interview au Figaro. Et puis preuve, là encore, que l'ex-chef de l'État n'exclut pas le terrain de la riposte médiatique pour crier à l'injustice, il sera, également, ce soir l'invité du  journal de TF1.   

Quoi qu'il en soit, c'est donc sur les braises encore fumantes de la condamnation de Nicolas Sarkozy qu'Éric Dupond-Moretti a, lui, choisi de dévoiler sa réforme de la justice. Or, la concomitance de ces deux événements est frappante à plus d'un titre. Dans ce projet de réforme on trouve, notamment, deux dispositions : limiter le temps d’enquête préliminaire et établir un strict secret de la défense. Or ces deux dispositions concernent, justement, ce qui a amené à la condamnation de Nicolas Sarkozy.

Les autres titres de l'actualité

Depuis hier, les organisations syndicales n'ont pas de mots assez durs contre le projet du gouvernement de réformer l'assurance-chômage.  Un projet dont la mise en oeuvre, dans un contexte de crise, inquiète même aujourd'hui l'un des principaux artisans de ce texte.  

Faut-il y voir un signe de ce que le fossé générationnel serait en train de se creuser ? Selon un nouveau sondage Ifop pour la Licra, un lycéen sur deux se déclarerait favorable au port de signes religieux à l’école.   

Emmanuel Macron a reconnu, hier, que l'avocat et dirigeant nationaliste Ali Boumendjel avait été "torturé et assassiné" par l'armée française pendant la guerre d'Algérie. Invitée de la rédaction : Raphaëlle Branche, historienne et spécialiste des violences en situation coloniale.

Écouter
6 min
Raphaëlle Branche : "Ces gestes symboliques n’ont pas simplement comme arène l’arène publique, ils ont des échos dans l’intimité des familles et des vertus notamment de déclencher des paroles et des questionnements."

Parmi les 20 départements français placés sous haute surveillance, en raison de l'épidémie, certains pourraient faire l’objet d’un confinement local. Et chez les élus locaux les avis divergent.

En Allemagne, le parti d'extrême droite AfD vient d'être placé sous surveillance.

La répression de la contestation en Birmanie a fait 9 morts ce matin.

Intervenants
  • Professeure d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Nanterre
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......