LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des touristes observent la statue de la petite sirène de Copenhague, symbole du Danemark.

Retour possible de la gauche en trompe l’œil au Danemark

25 min

Dix jours après les élections européennes, les Danois retournent aux urnes aujourd’hui pour élire leurs députés. Tous les derniers sondages prévoient une victoire de la gauche avec le retour au pouvoir des sociaux-démocrates.

Des touristes observent la statue de la petite sirène de Copenhague, symbole du Danemark.
Des touristes observent la statue de la petite sirène de Copenhague, symbole du Danemark. Crédits : LUDOVIC MARIN - AFP

Y aurait-il quelque chose de pourri au Royaume du Danemark ? Alors que les électeurs sont appelés aux urnes aujourd'hui pour élire un nouveau Parlement et donc un prochain gouvernement, une tendance semble se dessiner assez clairement : l’effondrement de moitié du vote en faveur du Parti du peuple danois. Selon les derniers sondages, la formation anti-immigration d'extrême-droite devrait recueillir autour de 11 % des suffrages, soit 10 points de moins que lors des dernières élections. Ou dit autrement, ce scrutin pourrait acter la fin de près de deux décennies de croissance constante de cette formation eurosceptique, incontournable dans la politique du pays depuis, notamment, qu'elle a chèrement monnayé son soutien aux gouvernements libéraux en héritant de la présidence du Parlement. Sauf que parmi les raisons qui expliquent très probablement cette chute vertigineuse, on trouve, en réalité, non seulement le manque d'unité au sein des populistes avec l'apparition de deux autres partis d’extrême droite aux positions encore plus radicales, mais aussi et surtout la percée des sociaux-démocrates, qui tout en promettant de défendre l'Etat-providence devrait poursuivre une politique des étrangers restrictive, telle qu'elle avait été dictée, justement, par le Parti populaire danois. Ou dit autrement, le léger virage à gauche attendu aujourd'hui au Danemark ne devrait pas remettre en cause la rigueur migratoire.

Les autres titres de l'actualité

La reine Elizabeth II, mais aussi Donald Trump, Emmanuel Macron et quelques 300 vétérans ont donné ce matin le coup d'envoi des célébrations du 75eme anniversaire du Débarquement du 6 juin 1944.   

Le groupe automobile Renault envisage des poursuites contre son ancien patron emblématique Carlos Ghosn, après avoir révélé hier soir qu'il avait engagé 11 millions d'euros de "dépenses suspectes". Et puis une enquête préliminaire a également été ouverte après une plainte visant l'ancienne garde des Sceaux Rachida Dati, de même que le criminologue Alain Bauer, pour des contrats dont ils auraient bénéficié au sein de la filiale néerlandaise de l'alliance Renault Nissan.  

2018, année record pour l'agriculture biologique en France. Le marché grimpe désormais à plus de 9 milliards d'euros.

La précarité de l'emploi augmente de façon "inquiétante" en France depuis 2014, après une stabilisation de près de 10 ans, accentuant les risques d'inégalités. C'est ce que révèle le rapport annuel de l'Observatoire sur les inégalités. 

Depuis près de trois mois, des dizaines de services d'urgences sont touchés par des mouvements de grève. Une manifestation des Urgentistes est prévue demain à Paris. Invité de la rédaction : Olivier Youinou, infirmier anesthésiste et co-secrétaire de Sud Santé APHP.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......