LE DIRECT
Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public

La fin du combat pour Chantal Jouanno

24 min

Après que Chantal Jouanno, cible d'une polémique sur le montant de son salaire, a annoncé hier qu'elle se retirait du pilotage du grand débat national, l'exécutif devrait proposer aujourd'hui une nouvelle organisation, à l'issue d'un séminaire gouvernemental.

Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public
Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public Crédits : JOEL SAGET - AFP

Ce devait être le sésame censé lui ouvrir les portes de la reconquête de l'opinion, tout en apaisant la colère des Gilets jaunes. Or avant même son coup d'envoi, fixé au 15 janvier, voilà que le grand débat national voulu par Emmanuel Macron a vu, hier, sa principale organisatrice en chef saisie d'une extinction de voix. Critiquée pour son salaire élevé, alors même que le pouvoir d'achat s'annonce comme la préoccupation n°1 de cette grande consultation, Chantal Jouanno a, en effet, décidé de jeter l'éponge. Elle n'organisera donc pas ce débat, sans pour autant renoncer, par ailleurs, à la présidence de la Commission nationale du débat public. 

Prenant acte de cette décision, Matignon a immédiatement annoncé qu'à l'issue du séminaire gouvernemental qui se tient en ce moment même à l'Elysée, le Premier ministre présenterait une nouvelle organisation. De son côté, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a elle estimé ce matin qu'il faudrait un "sage" pour piloter ce grand débat, quelqu'un qui ait "l'estime des Français", a-t-elle déclaré, avant de préciser : "On n'en a pas tant que cela et c'est probablement ce qui nous manque aujourd'hui".  Bref, à moins d'une semaine maintenant du lancement de cette grande consultation, l’exécutif se retrouve à présent dans la situation de devoir improviser.

Les autres titres de l'actualité

Les négociations sur l'assurance-chômage doivent reprendre aujourd'hui. Le gouvernement exige des syndicats et du patronat qu'ils trouvent entre 3 et près de 4 milliards d'euros d'économies.

Fort de leurs bons résultats, les entreprises du CAC 40 ont augmenté de plus de 12 % les dividendes et les rachats d'actions en 2018. Elles n'avaient jamais été aussi généreuses avec leurs actionnaires depuis 10 ans selon les derniers chiffres publiés ce matin par le journal Les Echos, les grandes entreprises françaises ont versé 57 milliards d'euros à leurs actionnaires en 2018. Du jamais vu depuis 2007. Cela représente une hausse de près de 13% sur un an et 62% par rapport au plus bas il y a 10 ans.

Invité politique : François de Mazières, maire (Divers Droite) de Versailles

maire divers droite de Versailles
maire divers droite de Versailles Crédits : Nathalie Lopes - Radio France

Jamais depuis son accession à la Maison-Blanche, Donald Trump ne s'était exprimé à la télévision en direct depuis le bureau Ovale. Avec des mots abrupts, le président américain a réitéré, hier soir, son projet d'ériger un mur à la frontière avec le Mexique, en insistant notamment sur la situation de crise à la fois sécuritaire et humanitaire grandissante, selon lui. Une nouvelle réunion est prévue aujourd'hui à la Maison blanche entre dirigeants républicains et démocrates.    

A l'ouverture d'une nouvelle série de débats au Parlement sur son projet de traité avec Bruxelles, Theresa May a déconseillé aux députés britanniques de "fantasmer" sur la possibilité de négocier un autre accord de divorce avec l'Union européenne. La Chambre des communes doit se prononcer le 15 janvier

Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......