LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le président de la République Emmanuel Macron

La fin, temporaire, du suspens

25 min

Le remaniement n'aura finalement pas lieu avant le retour du président de la République de son déplacement en Arménie vendredi soir. La présidence précise vouloir prendre tout le temps nécessaire et confirme, par ailleurs, que le remaniement concernera plusieurs ministères.

Le président de la République Emmanuel Macron
Le président de la République Emmanuel Macron Crédits : LUDOVIC MARIN / POOL - AFP

En bon maître des horloges, Emmanuel Macron a donc mis fin ce matin à ce tic-tac médiatique qui depuis 10 jours égrène, quasiment heures par heures, tous les scenarii possibles quant à la date à laquelle sera enfin annoncé le prochain remaniement. L'exécutif a arrêté les aiguilles de l'horloge sur vendredi prochain au plus tôt, c'est-à-dire pas avant le retour d'Arménie du chef de l'Etat. Et c'est ainsi que depuis ce matin, par exemple, le Conseil des ministres se déroule à l'Elysée comme si de rien n'était, à tout le moins, sans qu'aucune modification n'ait dû être apportée au plan de table. Pour autant, si l'exécutif a mis fin provisoirement au suspens, il n'a visiblement pas réussi à siffler la fin de la récré, tant cette situation génère l'incompréhension générale de la classe politique.

Avec pour commenter cette situation : Jérôme Fourquet, politologue, directeur du département Opinion et Stratégies d'entreprise de l'Ifop.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres de l'actualité

Après trois mois d'interruption, la concertation sur la réforme des retraites reprend aujourd'hui. Convoqués au ministère des Solidarités et de la Santé, les syndicats attendent de pied ferme que le gouvernement dévoile, enfin, ses intentions. 

Deux magistrates ont été placées en garde à vue, hier, par l'inspection générale de la police nationale. Les deux femmes sont entendues dans le cadre d'une enquête instruite sur les pratiques controversées de la lutte anti-stupéfiants, sous le commissaire François Thierry, lequel est lui-même entendu depuis le début de la semaine.

Nikki Haley, l'ambassadrice américaine aux Nations unies a annoncé hier et à la surprise générale sa démission. Un départ qui s'ajoute à une très longue série parmi l'équipe stratégique du président Donald Trump. 

Arrestation, hier soir, en Allemagne d'un homme soupçonné de la mort et du viol de la journaliste bulgare Viktoria Marinova. Une arrestation qui, "à ce stade" du moins, pourrait exclure tout lien entre ce meurtre et la profession de la victime.    

Les pays de l'UE ont trouvé, hier soir, un accord au forceps pour une baisse de 35% des émissions de CO2 des voitures neuves en 2030. Ce qui n'empêche pas certains de déplorer un manque d'ambition après le rapport alarmant des experts de l'ONU sur le réchauffement climatique.

Intervenants
  • analyste politique, directeur du département opinion et stratégies d’entreprise de l'institut de sondages IFOP.
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......