LE DIRECT

Controverse après l'interpellation musclée d'une infirmière par les forces de l'ordre

24 min

Farida, l’infirmière interpellée la veille lors de la manifestation parisienne des soignants, pour "outrage et jet de projectiles sur les forces de l’ordre" est toujours en garde à vue.

Après trois mois de crise sanitaire et davantage encore de journées de grèves pour alerter sur la situation catastrophique de l'hôpital, médecins, infirmières, aides soignants avaient choisi de descendre dans la rue, hier, afin de rappeler, en fanfare et en musique, au gouvernement ses promesses en plein Ségur de la santé. Au total, plus de 250 rassemblements ont eu lieu à travers tout le pays, dans le cadre de cette journée d’action nationale. A Paris, au moment où les blouses blanches, bleues et vertes arrivaient sur l’esplanade des Invalides, la manifestation a soudain cédé la place à plusieurs centaines de manifestants habillés en noir, qui ont mis le feu à du mobilier urbain et jeté des projectiles sur les forces de l’ordre. Les policiers ont aussitôt répliqué avec de nombreux tirs de lacrymogène, avant qu'à leur tour des CRS ne lancent plusieurs charges. Et c'est donc dans ce climat à la fois tendu et chaotique, qu'est apparue une vidéo choc, diffusée sur les réseaux sociaux, sur laquelle on peut voire une infirmière, Farida, 52 ans, se faire interpeller sans ménagement, avant d'être embarquée. Une scène qui arrive, évidemment, à un moment délicat pour l’ordre public, en l'occurrence, dans la foulée des manifestations contre police accusée de discrimination et de violence excessive. De sorte que cette interpellation a rapidement fait polémique.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres de l'actualité

Le maire socialiste de Dijon se félicite que la situation se soit apaisée la nuit dernière, dans le quartier des Grésilles. François Rebsamen qui dénonce cette "horde de Tchétchènes" qui s'est abattue sur sa ville.  

Plusieurs défenseurs de la cause environnementale lancent aujourd'hui un appel inédit, né pendant la période de confinement : l'appel du 17 juin, contre la réintoxication du monde.

L'eau du robinet contient des traces de pesticides et de perturbateurs endocriniens présumés. C'est ce qui ressort d'un rapport de l'association Générations Futures publié aujourd'hui. 

Invité de ce journal : François Veillerette, directeur et porte-parole de Générations Futures.  

Écouter
3 min
François Veillerette : "L’eau est polluée, la présence de molécules de pesticides le montre, et les pesticides n’ont rien à faire dans l’eau du robinet."

La Chine a dit ce matin espérer un apaisement avec l'Inde, après un incident meurtrier qui a opposé les deux géants asiatiques sur leur frontière disputée de l'Himalaya.  

Quid des subventions qui mettent en désavantage la compétitivité d’entreprises européennes ? La Commission européenne a donc décidé de lancer aujourd'hui une consultation publique.  

Après avoir lancé, lundi dernier, des frappes aériennes sur des bases rebelles kurdes de Turquie, dans le nord de l'Irak, Ankara a annoncé, ce matin, le déploiement de ses forces spéciales dans le cadre d'une opération terrestre.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......