LE DIRECT
Un officier de santé contrôle les passagers arrivant de Chine à l'aéroport international de Singapour, après que les autorités ont renforcé les mesures contre le coronavirus.

Virus : la Chine redoute une mutation

26 min

Après avoir ignoré la maladie pendant des semaines, les autorités chinoises ont averti ce matin que le nouveau coronavirus pourrait muter et se propager plus facilement.

Un officier de santé contrôle les passagers arrivant de Chine à l'aéroport international de Singapour, après que les autorités ont renforcé les mesures contre le coronavirus.
Un officier de santé contrôle les passagers arrivant de Chine à l'aéroport international de Singapour, après que les autorités ont renforcé les mesures contre le coronavirus. Crédits : ROSLAN RAHMAN - AFP

Parce que la Chine n'est pas, particulièrement, réputée pour sa transparence, mais aussi parce que le souvenir de l’épidémie de SRAS, en 2003, dissimulée pendant plusieurs semaines à la population et qui avait fait plusieurs centaines de morts, hante toujours les esprits, l'avertissement lancé, ce matin, par Pékin que le nouveau coronavirus “pourrait muter et se propager plus facilement”, semble indiquer un nouveau tournant depuis l'apparition de ce virus, le mois dernier. A tout le moins, de la part des autorités chinoises qui, jusque-là, semblaient avoir plutôt assez largement ignorer l'épidémie. Plusieurs raisons, sans doute, à cela : tout d'abord, plusieurs cas de cette mystérieuse pneumonie ont été détectés à l'étranger : après le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande, Taïwan, mais aussi les Etats-Unis, ce matin, c'est la région semi-autonome chinoise de Macao qui a fait état d'un premier cas. Ensuite, le bilan s'est alourdi en Chine avec 9 morts contre 6 la veille et désormais 440 patients diagnostiqués contre 300 selon le précédent décompte. Enfin, en Chine, les autorités redoutent à présent que le virus puisse se propager à la faveur des longs congés du Nouvel an chinois, qui débutent cette semaine et donnent lieu, chaque année, à des centaines de millions de voyages dans l'ensemble du pays.  Et c'est ainsi que, ce matin, Pékin s'est résigné a annoncé de nouvelles mesures pour contenir la maladie.

Crédits : Visactu

Les autres titres de l'actualité

Les débats au procès en destitution de Donald Trump se sont ouverts hier devant le Sénat américain, par une âpre bataille sur les règles de ce rendez-vous historique, les démocrates accusant les républicains d'organiser l'acquittement au pas de charge du président des Etats-Unis.

Donald Trump, décidément, toujours aussi imprévisible. Lui qui, en début de semaine, semblait pourtant avoir déminé la guerre commerciale avec Bruxelles, a de nouveau menacer ce matin de taxer à 25% les automobiles européennes. 

Quand le président Emmanuel Macron défend son "combat" de "chaque jour" contre l'antisémitisme. Un message publié, aujourd'hui, à l'occasion de sa visite en Israël, pour les commémorations du 75e anniversaire de la libération du camp nazi d'Auschwitz.   

Comment calmer la colère contre le projet de réforme des retraites ? Dernière profession à recevoir l'attention du gouvernement : les jeunes chercheurs. Leurs salaires seront revalorisés, a promis hier soir la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal.

Depuis ce matin, les lycéens de Terminale qui veulent entamer des études supérieures, comme les étudiants en réorientation peuvent inscrire leurs vœux sur Parcoursup, la plateforme d'admission post-bac qui intégrera cette année toutes les formations reconnues par l'Etat.

Les attaques contre la nature seront-elles, un jour, considérées comme un crime international ? Tout le débat consiste à faire évoluer le droit et reconnaître l'écocide par la Cour Pénale Internationale.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......