LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le président américain Donald Trump

L'avertissement de Donald Trump à Bachar el-Assad

25 min

Le régime de Bachar el-Assad aurait-il eu de nouveau recours aux armes chimiques ? C'est du moins ce qu'annoncent les Etats-Unis, lesquels prétendent avoir eu des informations sur une présumée attaque au chlore dimanche dernier, sur la province d'Idlib, le dernier bastion rebelle du pays.

Le président américain Donald Trump
Le président américain Donald Trump Crédits : BRENDAN SMIALOWSKI - AFP

Si depuis son élection, Donald Trump aura toujours limité son engagement en Syrie à la lutte antijihadistes, le président américain aura fait, toutefois, deux exceptions depuis son entrée à la Maison Blanche, une première fois en avril 2017 puis une seconde un an plus tard. Tout en prenant le contrepied de son prédécesseur Barack Obama, lequel avait renoncé à réagir à la "ligne rouge" de l'emploi d'armes chimiques qu'il avait pourtant lui-même fixée, Donald Trump avait lancé deux offensives aériennes, à chaque fois en riposte à des attaques chimiques perpétrées par le régime de Damas. Or quand bien même ces frappes strictement ciblées et ponctuelles auront été sans conséquences véritables pour le gouvernement de Bachar el-Assad, le nouvel avertissement lancé par l'administration américaine n'en constitue pas moins une sérieuse menace. 

Hier, le département d'Etat américain a dit disposer d'éléments laissant suggérer que le régime de Damas aurait, de nouveau, eu recours à l'arme chimique pour une attaque menée dimanche dernier dans la province d'Idlib, dans le cadre de la violente campagne actuellement menée par les forces pro-gouvernementales en violation du cessez-le-feu censé protéger plusieurs millions de civils dans cette zone dite "de désescalade".

Les autres titres de l'actualité

En Libye, l'impasse militaire perdure. Pis encore, puisque les combats ont même gagné en intensité, hier, au sud de la capitale Tripoli.   

Le directeur général du groupe qatari BeIN mis en examen pour « corruption active ». L'homme, proche du président du Paris Saint-Germain est soupçonné d’avoir participé à la négociation de pots-de-vin en vue de l’obtention par le Qatar de l’organisation des Mondiaux d’athlétisme.   

A quatre jours des élections européennes, l’heure n'est plus seulement aux derniers débats et autres meetings mais aussi aux ultimes ralliements. Et c'est tout particulièrement vrai du côté des socialistes.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a appelé ce matin la multinationale américaine General Electric à ne pas fermer de site en France. En revanche, interrogé sur la suppression d'un millier d'emplois dans l'usine de Belfort qui en compte 4.300, le ministre n'a pas confirmé.

Notre rendez-vous mensuel consacré à l'environnement, aujourd'hui : la sécheresse menace à nouveau la France mais au-delà l'Europe toute entière.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......