LE DIRECT
Capture d'écran d'une intervention télévisée du chef de l'Etat, Emmanuel Macron

La stratégie des petits pas du gouvernement, à l'approche des fêtes de Noël

33 min

Emmanuel Macron a distillé un brin d’espoir, même si la crise économique va encore s'aggraver.

Capture d'écran d'une intervention télévisée du chef de l'Etat, Emmanuel Macron
Capture d'écran d'une intervention télévisée du chef de l'Etat, Emmanuel Macron Crédits : THOMAS COEX - AFP

Après avoir félicité les Français pour avoir passé « le pic de la seconde vague de l’épidémie », Emmanuel Macron allait-il leur donner, enfin, des perspectives à même de soulager leur moral ? En annonçant, hier soir, un allègement du confinement en trois étapes, le président aura surtout cherché un difficile équilibre sur l’éternelle ligne de crête entre contraintes sanitaires, d'un côté, et préservation de l’économie, de l'autre. Une stratégie des petits pas, donc, à l'approche des fêtes de Noël et qui verra, tout d'abord, la réouverture de tous les commerces dits "non essentiels" à partir de samedi. Les déplacements seront également permis dans un rayon étendu de 20 km. Et ce pendant trois heures. En revanche, les bars et restaurants, eux, devront garder portes closes, au moins jusqu'au 20 janvier. La deuxième étape aura lieu, elle, le 15 décembre, avec la levée du confinement sur tout le territoire, remplacé par un couvre-feu, de 21 heures à 7 heures du matin, sauf pour les soirées du 24 décembre et du 31 décembre. C’est à ce moment-là, notamment que les salles de cinéma, les théâtres et les musées pourront reprendre leurs activités. Enfin, la troisième étape aura lieu le 20 janvier. A cette date et si l’amélioration de la situation sanitaire est confirmée, les salles de sport et les restaurants pourront rouvrir, les lycées pourront à nouveau accueillir la totalité des élèves en présentiel, de même que les universités quinze jours plus tard.

Le retour à la vie normale n'est pas encore pour demain. D'autant moins que la crise économique va encore s'aggraver, comme l'a rappelé le président de la République. Ce matin, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire a, d'ailleurs, révélé le montant total de l'enveloppe des aides aux quelques 200 000 entreprises fermées : 1,6 milliard d'euros.

Les professionnels se réjouissent de la possible réouverture des théâtres et cinémas à compter du 15 décembre. Mais le couvre-feu entre 21 heures et 7 heures du matin, tout comme le système "d'horodatage" pour permettre "des représentations en fin de journée", en laissent certains perplexes.

Les autres titres de l'actualité

Le président Emmanuel Macron a lancé le débat, y compris au sein de la majorité, sur les conditions d'isolement plus contraignantes des cas positifs de Covid-19.

A l'occasion de la journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, plusieurs études publiées aujourd'hui démontrent que ce fléau continue d'alimenter des drames conjugaux mais qu'il court aussi les rues, toujours et encore.

En raison de la crise sanitaire, de très nombreuses compagnies aériennes se retrouvent aujourd'hui au bord de la faillite.  

Invité de la rédaction : Alexandre de Juniac, directeur général de l'Association internationale du transport aérien (IATA).

Écouter
4 min
Alexandre de Juniac (IATA) : "Nous avons proposé un test systématique de tous les passagers au départ et à l'arrivée" des vols.

En Thaïlande, plusieurs leaders du mouvement pro-démocratie sous retrouvent sous la menace d'une possible mise en examen pour lèse-majesté.  

Deux semaines après l'entrée en vigueur d'un accord de paix synonyme de capitulation pour l'Arménie, les premiers territoires du Haut-Karabakh sont passés sous contrôle azéri. 

Le verdict dans le procès en appel du militant berbère, Yacine Mebarki, condamné à 10 ans de prison pour "offense à l'islam, est attendu aujourd'hui.

Intervenants
  • directeur général de l'Association internationale du transport aérien (IATA), ancien PDG d'Air France-KLM,
À venir dans ... secondes ...par......