LE DIRECT
La Chambre des Communes à Londres

La revanche des parlementaires britanniques

25 min

Les députés britanniques effectuent une rentrée électrique, aujourd'hui, au lendemain de l'arrêt historique de la Cour suprême qui a annulé la décision controversée du Premier ministre Boris Johnson de suspendre le Parlement à l'approche du Brexit.

La Chambre des Communes à Londres
La Chambre des Communes à Londres Crédits : JESSICA TAYLOR / AFP / UK PARLIAMENT - AFP

Jusqu'où s'enfoncera la crise politique au Royaume-Uni ? Ce matin, au lendemain de l'arrêt historique de la Cour Suprême jugeant illégale la suspension, par le Premier ministre, des travaux parlementaires à l'approche du Brexit, les députés qui, mi-septembre, avaient tous été renvoyés chez eux, ont finalement pu reprendre le chemin de la Chambre des Communes. Quant aux Lords, ils leur emboîteront le pas cet après-midi. Un retour en grâce qui devrait donc donner du champ aux parlementaires, pour tenter d'empêcher une sortie de leur pays de l'UE sans accord. D'autant que cet arrêt incroyable place désormais le Parlement au cœur de la Constitution. Ou dit autrement ce désaveu cinglant de la plus haute instance britannique envers Boris Johnson, mais aussi la Reine qui avait autorisé cette prorogation, ne constitue pas seulement aujourd'hui une déflagration politique pour le Premier ministre, mais il vient également secouer comme jamais les institutions du royaume.   

Et c'est ainsi que les débats vont pouvoir reprendre aujourd'hui au Parlement dans une atmosphère électrique. Depuis hier les appels à la démission du Premier ministre se multiplient. De son côté, Boris Johnson, qui n'a plus de majorité, n'a semble-t-il guère d'autre alternative, à présent, que d'organiser des élections anticipées. Reste à savoir si, au-delà de toute cette agitation, l'arrêt d'hier change-t-il quoi que ce soit à l'équilibre des forces et donc à la possibilité de trouver une issue à la crise ?

Les autres titres de l'actualité

Aux Etats-Unis, les démocrates ont lancé une procédure de destitution contre Donald Trump, soupçonné d'avoir demandé au président ukrainien d'enquêter sur Joe Biden, son principal rival lors de la prochaine présidentielle américaine.  

Le président russe Vladimir Poutine a appelé aujourd'hui son homologue vénézuélien, Nicolas Maduro, en visite à Moscou, à poursuivre un dialogue avec l'opposition pour éviter une situation "néfaste", dans un pays en proie à une profonde crise économique et politique.

Dans un rapport publié, ce matin, sur les conséquences du changement climatique sur les océans, l'avertissement lancé par les scientifiques du GIEC est on peut plus clair : agissez contre les émissions de dioxyde de carbone sinon, des villes entières seront englouties par la montée des eaux.  

Le débat public sur la gestion des matières et déchets radioactifs en France se termine aujourd'hui.

Le ministre de la Culture, Franck Riester, a détaillé ce matin la future organisation avec la création, début 2021, d'une holding qui regroupera tout à la fois France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l'Ina.  

Précisions à ce sujet de Maxime Tellier, qui a interrogé des syndicats de Radio France, et invitée de la rédaction : Catherine Morin-Desailly, sénatrice UDI et présidente de la commission Culture, Education et Communication.

Écouter
9 min
Une future holding pour l'audiovisuel public : reportage auprès des syndicats de Radio France et commentaire de la sénatrice Catherine Morin-Desailly
Crédits : Visactu
Intervenants
  • sénatrice UDI de Seine-Maritime. Présidente de la Commission de la culture et communication du Sénat

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......