LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des soldats pakistanais se tiennent à côté de ce qui est présenté comme l'épave d'un avion de chasse indien abattu au Cachemire.

Des actes de guerre entre l'Inde et le Pakistan

25 min

Même si les deux puissances nucléaires répètent vouloir éviter la guerre, la crise entre l'Inde et le Pakistan s'est encore aggravée, ce matin, après que chacun des deux voisins a affirmé avoir abattu des avions ennemis.

Des soldats pakistanais se tiennent à côté de ce qui est présenté comme l'épave d'un avion de chasse indien abattu au Cachemire.
Des soldats pakistanais se tiennent à côté de ce qui est présenté comme l'épave d'un avion de chasse indien abattu au Cachemire. Crédits : STR - AFP

Entre les deux puissances nucléaires que sont l'Inde et le Pakistan, l'heure n'est plus aujourd'hui à la sempiternelle "poussée de fièvre", "au regain", à "la montée", voire à "l'escalade des tensions", ni même à une nouvelle "flambée de violences". Depuis l'attentat suicide perpétré le 14 février dernier contre les forces indiennes de sécurité, des frappes de l'aviation indienne auraient fait plusieurs dizaines de morts parmi des djihadistes basés au Pakistan ; au moins quatre personnes (une mère, sa fille, son fils et une autre femme) ont été tuées et 7 autres personnes blessées, hier, dans un échange de tirs entre militaires près de la ligne dite" de Contrôle" ; et ce matin encore quand le Pakistan annonce avoir abattu deux avions indiens dans son espace aérien, l'Inde dit avoir descendu un appareil pakistanais. Autant dire que toutes les expressions caricaturales destinées à rendre compte, habituellement, de la fameuse "tension palpable" entre deux pays ne semblent plus suffire à exprimer ce qui, désormais, doit être clairement nommé comme des actes de guerre.

Les autres titres de l'actualité

A quelques minutes de ses retrouvailles avec Kim Jong-un, Donald Trump est désormais sous pression. Après le sommet de Singapour, l'été dernier, lequel avait accouché d'une déclaration aux termes plutôt vagues, le président américain devra, cette fois-ci, obtenir des avancées concrètes sur "la dénucléarisation de la péninsule".   

La date du 29 mars prévue pour le Brexit ne serait plus gravée dans le marbre. Pour la première fois, hier, la première ministre britannique, Theresa May, a envisagé son report à la fin juin. 

A deux mois des élections législatives espagnoles, l'ancien président du gouvernement, Mariano Rajoy, doit témoigner aujourd'hui devant le Tribunal suprême au procès de douze dirigeants séparatistes catalans accusés de sédition.

Air France-KLM est entré dans une zone de fortes turbulences depuis hier avec l'irruption surprise de l'Etat néerlandais au capital de la compagnie. Pour preuve, ce matin déjà, l'action du groupe aérien perdait 13% à la Bourse.   

La nouvelle sortie d'Emmanuel Macron accusant les participants aux "manifestations violentes" d'"être complice(s) du pire", n'aura pas tardé à susciter la polémique, certains y voyant même là un appel à la violence de la part du président.   

Le ministre de l'écologie François de Rugy s'apprête à recevoir, ce soir, une centaine de signataires de l'Affaire du siècle, cette pétition pour le climat. Invité : Paul Valke, l'un de ces citoyens tirés au sort pour débattre avec le ministre.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......