LE DIRECT
La Première ministre britannique, Theresa May

(Br)exit ? Theresa May, à l'heure du choix

27 min

Les députés britanniques se saisissent aujourd'hui de l'agenda de la Chambre des communes pour voter sur une série d'alternatives à l'accord de Brexit, négocié par la Première ministre Theresa May. Une prise de contrôle qui pourrait profondément redéfinir le processus du divorce.

La Première ministre britannique, Theresa May
La Première ministre britannique, Theresa May Crédits : PAUL ELLIS - AFP

Au Royaume-Uni, on ne compte plus les journées décisives conduisant généralement à davantage encore d'incertitude. Quoi qu'il en soit et après avoir voté une motion leur permettant de prendre le contrôle de l’agenda parlementaire, les députés britanniques devraient indiquer aujourd'hui au gouvernement leurs préférences pour la suite du processus du Brexit. Mais, d'ores et déjà, il semble peu probable que l'une des options proposées sera susceptible de débloquer la situation, comprenez de dégager une majorité. Sans compter que le gouvernement, lui, ne sera même pas tenue de respecter le résultat de ce vote indicatif.    Et puis, ultime rebondissement encore possible dans cet incroyable saga : Theresa May a donné rendez-vous en fin de journée à plusieurs députés. Pour leur dire quoi ? Mystère.  Depuis hier, la machine à rumeurs parle d'une possible démission de la Première ministre.

Les autres titres de l'actualité

En Algérie, après que le chef d'état-major de l'armée a proposé, hier, que le président Abdelaziz Bouteflika soit déclaré inapte à exercer le pouvoir, la balle est désormais dans le camp du Conseil constitutionnel à qui il revient de lancer ou non la procédure, voire dans le camp du chef de l'Etat s'il choisissait, lui-même, de démissionner.

Invité de la rédaction : Hasni Abidi, politologue, directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève.

Un mystérieux groupuscule a revendiqué, ce matin, l'attaque perpétrée le mois dernier contre l'ambassade nord-coréenne à Madrid. L'organisation se présente comme un gouvernement en exil de la Corée du Nord.

Le gouvernement a présenté, ce matin, en conseil des ministres son projet de réforme de la fonction publique. Un projet dont les syndicats redoutent qu'il ne tende à aligner le statut des fonctionnaires sur celui des salariés du secteur privé.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, qualifie de "dérives inacceptables" les violences qui ont visé des Roms, désignés par des rumeurs sur les réseaux sociaux comme étant à l'origine d'enlèvements d'enfants.

Les suites du procès en appel d'Abdelkader, le frère du tueur djihadiste de Toulouse et Montauban. Ce matin son frère, son fils et son ex-femme étaient auditionnés.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......