LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Joe Biden (g), candidat démocrate à l'élection présidentielle et Donald Trump (d), candidat républicain sortant

Débat présidentiel : un show à l'américaine

25 min

Invectives, railleries, attaques personnelles. Le premier débat tant attendu, hier soir, entre Donald Trump et Joe Biden aura offert un spectacle chaotique.

Joe Biden (g), candidat démocrate à l'élection présidentielle et Donald Trump (d), candidat républicain sortant
Joe Biden (g), candidat démocrate à l'élection présidentielle et Donald Trump (d), candidat républicain sortant Crédits : JIM WATSON, SAUL LOEB - AFP

C'était leur toute première joute et c'est peu dire qu'elle fut agitée. Hier soir, si Donald Trump et Joe Biden n'auront pas manqué de respecter scrupuleusement le protocole sanitaire, en évitant de se serrer la main à leur arrivée sur scène, en revanche, les deux candidats à la Maison-Blanche n'auront pas eu besoin davantage de se forcer pour se cracher toute sorte d'insultes à la figure : clown, menteur, caniche, raciste, marionnette. Autant d'invectives qui auront, non seulement, empoisonné le débat, au détriment des idées et des programmes, mais plus encore, sans doute, des attaques continuelles révélatrices du niveau de polarisation, aujourd'hui, de la société américaine. Et ce alors que le temps presse pour conquérir les électeurs, voire convaincre les derniers indécis, à cinq semaines seulement de l'échéance. 

Dans ces conditions, difficile donc de déterminer si le premier des trois trois débats prévus en amont du scrutin aura fait bouger les lignes. Seule certitude, le show télé d'hier soir aura été assez largement pathétique.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres de l'actualité

Cinq ans après l'éclatement du "dieselgate", l'ex PDG d'Audi est devenu, ce matin, le tout premier patron à répondre devant un tribunal allemand du truquage des moteurs diesel.   

Les sujets de friction se multiplient, décidément, entre Paris et Ankara. Ce matin, Emmanuel Macron a qualifié d'"inconsidérées" et de "dangereuses" les déclarations turques sur le Haut-Karabakh.

A la Cour d'Assises spéciale de Paris, après plus de trois semaines consacrées au récit des attentats de janvier 2015, le procès aborde désormais les faits reprochés aux 14 accusés.   

La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a révélé ce matin que 591 bacheliers étaient toujours sans affectation, à l'issue de la procédure Parcoursup.  

Un groupe de réflexion inter-ministériel doit se réunir, aujourd'hui, pour combattre la prostitution des mineurs en France.

Les ravages de la crise sanitaire et l'explosion de la précarité en France.  Ou quand le Secours populaire tire la sonnette d'alarme. 

Invitée de la rédaction : Henriette Steinberg, secrétaire générale de l'association du Secours populaire.

Écouter
6 min
Henriette Steinberg : "La flambée de la pauvreté est sans commune mesure avec ce que l’on avait vu jusque là."
Henriette Steinberg, secrétaire générale de l'association du Secours populaire, le 30 septembre 2020.
Henriette Steinberg, secrétaire générale de l'association du Secours populaire, le 30 septembre 2020. Crédits : Catherine Pétillon - Radio France
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......