LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Manifestation ce samedi 12 septembre à Paris de Gilets Jaunes. Un millier de personnes y ont participé.

La rentrée des "gilets jaunes" sous haute surveillance

14 min

Manifestation de "gilets jaunes" à Paris, Lyon et Toulouse notamment. La plupart des rassemblements sont interdits. Deux ans après le début du mouvement, la crise sanitaire et économique n'a fait qu'exacerber les raisons de la colère explique le sociologue Luc Rouban du Cevipof de Sciences Po Paris.

Manifestation ce samedi 12 septembre à Paris de Gilets Jaunes. Un millier de personnes y ont participé.
Manifestation ce samedi 12 septembre à Paris de Gilets Jaunes. Un millier de personnes y ont participé. Crédits : Alain Jocard - AFP

Les "gilets jaunes" le retour. Et avec eux des rassemblements interdits, comme à Paris sur les Champs Elysées notamment, à Lyon et à Toulouse également. Dans la capitale, à la mi-journée, 154 personnes avaient déjà été interpellées, 17 verbalisées et 27 placées en garde à vue. Elles étaient en possession d'armes par destination, type tournevis, piolet ou pince coupante. L'un des leaders du mouvement Jérôme Rodriguès avait appelé sur les réseaux sociaux à une "désobéissance civile complète". Les autorités s'attendent à ce que 4 000 à 5.000 personnes se rassemblent aujourd'hui à Paris dont un millier pourrait être des casseurs.  

Un millier c'est aussi le nombre de "gilets jaunes" qui se sont retrouvés place Wagram dans le 17e arrondissement pour défiler selon un parcours autorisé par la préfecture de police de Paris. 

Alors pourquoi deux ans après son lancement, le mouvement des "gilets jaunes" perdure-t-il ? La réponse de Luc Rouban, sociologue au Cevipof, le Centre de recherche sur la vie politique française à  Sciences Po Paris :

C'est un mouvement qui exprime un malaise démocratique profond de la société française. Il s'appuie sur la contestation des élites, des inégalités. Et l'on retrouve ce malaise dans la perception de la gestion de la crise sanitaire en France. On s'est aperçu qu'on était toujours dans une crise de confiance. Alors qu'au Royaume-Uni ou en Allemagne, l'exécutif bénéficie des mesures prises pour contrer l'épidémie. Ce n’était pas le cas en France. Tout cela s'est exprimé à travers une forme de défiance à l'égard des institutions. Donc, le moteur qui était à l'origine des "gilets jaunes" est toujours présent.

Et cette nouvelle mobilisation intervient alors qu'hier le ministre l'Intérieur, Gérald Darmanin" a annoncé des changements en matière de maintien de l'ordre. Les tirs de lanceurs de balles de défense qui avaient éborgné nombre de "gilets jaunes" seront mieux encadrés et les grenades moins dangereuses.

Les autres titres du journal

Soixante-seize parlementaires signent une lettre adressée au Président de la République pour réclamer le rapatriement des enfants de djihadistes français retenus dans des camps kurdes. Ils sont environ 200, dont les deux tiers ont moins de six ans. Seuls 28 enfants ont été à ce jour rapatriés par les autorités françaises. 

Ouverture ce matin de pourparlers de paix historiques entre les autorités afghanes et les talibans. Négociations après 19 ans de guerre. Mais le gouvernement de Kaboul appelle ce matin à un cessez-le-feu et le chef des talibans au retour de la charia. Ces discussions interviennent au lendemain du 19e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001. Ces attaques avaient provoqué une intervention militaire internationale menée par les Etats-Unis. Elle avait abouti au départ des talibans du pouvoir à Kaboul. Ces pourparlers ont été retardés de six mois en raison de désaccords profonds sur un échange de prisonniers controversé entre rebelles et gouvernement. 

Chroniques
12H41
3 min
La Bulle économique
Plan de soutien américain : des millions à des milliardaires (et ce n’est pas le pire)
Intervenants
  • directeur de recherche au CNRS / CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po), auteur notamment de « Quel avenir pour la fonction publique ? », ed. La documentation française, 2017.
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......