LE DIRECT
Le Premier ministre Jean Castex

"Télétravailler partout où c'est possible devient impératif", Jean Castex

25 min

Un appel à la vigilance et la promesse de nouveaux rendez-vous pour la vaccination. Voilà la stratégie choisie par l'exécutif pour freiner la progression de l'épidémie de coronavirus en France et de ses variants plus contagieux.

Le Premier ministre Jean Castex
Le Premier ministre Jean Castex Crédits : MARTIN BUREAU - AFP

Plus de 23 000 cas de contaminations au Covid-19 enregistrés ces dernières 24 heures en France, où le risque de saturation hospitalière reste élevée, sur fond de progression de variants, lesquels ne constituent pas une menace potentielle mais bien réelle, a prévenu hier Jean Castex. Pour autant, la situation "ne justifie pas" un nouveau confinement, a donc estimé le Premier ministre qui, pour éviter ce scénario, s'est donc contenté de renouveler ses consignes de prudences, juste avant le début des vacances scolaires d'hiver. Ou quand le gouvernement en appelle, une nouvelle fois, donc, à la responsabilité collective des Français. "Nous avons choisi de ne pas limiter les déplacements entre régions. Pour autant, plus que jamais, nous devons éviter tout relâchement", a encore insisté Jean Castex. Et puis l'autre consigne concerne le recours massif au télétravail. "Télétravailler partout où c'est possible devient impératif", a martelé hier le chef du gouvernement. Mais, évidemment, sans obligation légale pour les employeurs, difficile de faire aujourd'hui de cet impératif une règle respectée par tous.

Les chiffres clés du Covid-19 en France au 4 février 2021
Les chiffres clés du Covid-19 en France au 4 février 2021 Crédits : Visactu

Les autres titres de l'actualité

Le patron de l'OMS en Europe appelle, ce matin, les entreprises pharmaceutiques, d'habitude concurrentes, à unir leurs efforts pour augmenter drastiquement leurs capacités de production. Et ainsi accélérer les campagnes de vaccination sur le Vieux-Continent.   

Il est sans doute l'une des rares personnalités politiques plébiscité, aujourd'hui, pour sa gestion de la pandémie. Son nom : Markus Söder, patron de l'État de Bavière.

Une centaine d'économistes publient une tribune, ce matin, pour réclamer l'annulation des dettes publiques détenues par la Banque centrale européenne. Un effacement ou une transformation en dettes perpétuelles, sans intérêts, et qui se ferait en échange d'un engagement des États à investir les mêmes montants dans la reconstruction écologique et sociale. Parmi les signataires de cette tribune, on trouve une cinquantaine d'économistes français, dont Thomas Piketty, directeur d'études à l’École des hautes études en sciences sociales et invité aujourd'hui de la rédaction.

Écouter
6 min
Thomas Piketty : "Cela permettrait de donner un bol d'air. On retirerait cette épée de Damoclès de cette dette dont la BCE pourrait exiger à un moment le remboursement."

Le président du MoDem, François Bayrou, a envoyé une lettre au président de la République, pour demander l'instauration d'une dose de proportionnelle pour les législatives de 2022.

Le chef de la diplomatie européenne est à Moscou, aujourd'hui, au moment même où les relations entre la Russie et l'Union européenne ont atteint un "plus bas", du fait notamment de l'empoisonnement puis de l'emprisonnement d'Alexeï Navalny.  

C'est une confirmation. Le chef d'Al Qaïda dans la péninsule arabique, Khalid Omar Batarfi, a été arrêté en octobre dernier.

Intervenants
  • économiste, directeur d'études à l'EHESS, professeur à l'Ecole d'économie de Paris / Paris School of Economics

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......