LE DIRECT
Une partisane du président brésilien Lula, en détention

Brésil : Lula bientôt libéré ?

25 min

Sortira, sortira pas ? Seule certitude, au Brésil, un arrêt rendu hier par la Cour suprême rend désormais théoriquement possible la libération de l'ex-président Lula, incarcéré depuis plus d'un an et demi pour corruption.

Une partisane du président brésilien Lula, en détention
Une partisane du président brésilien Lula, en détention Crédits : SERGIO LIMA - AFP

Incarcéré depuis plus d'un an et demi pour corruption, l'ex-président brésilien Lula va-t-il être libéré ? Seule certitude, jamais la figure historique de la gauche n'aura semblé aussi proche de la sortie, après que la Cour Suprême a mis fin, hier soir, à une jurisprudence selon laquelle, une personne pouvait être emprisonnée avant même l'épuisement de tous ses recours, dès-lors que sa condamnation en appel avait a été confirmée. Or Lula, qui purge une peine de 8 ans et 10 mois de réclusion pour corruption, a lui été incarcéré en avril 2018, peu après sa condamnation en appel, alors même qu'il disposait encore de recours devant des tribunaux supérieurs. Et voilà pourquoi, théoriquement, cette décision devrait permettre sa libération. Théoriquement, seulement, car celle-ci ne saurait automatique, chaque juge d'application des peines étant tenu d'appliquer la décision de la Cour suprême au cas par cas. 

Cet arrêt de la Cour Suprême a aussitôt été salué, notamment, par présidente du Parti des Travailleurs, fondé par Lula. A l'inverse et comme attendu, le camp du président Bolsonaro a, lui, déploré cette décision de la plus haute juridiction du pays. Et pour cause puisque dans l'hypothèse où Lula parviendrait, donc, à être libéré, cela pourrait totalement rebattre les cartes politiques au Brésil.

Les autres titres de l'actualité

A Hong Kong, l'annonce ce matin de la mort d'un étudiant grièvement blessé le weekend dernier a aussitôt suscité une nouvelle vague d'indignation au sein du mouvement pro-démocratie et laisse craindre, à présent, de nouvelles violences.    

Ramy Shaath, parrain de la 10ème édition du festival Cinéma et Droits Humains, organisé par Amnesty International, qui se tient  d'aujourd'hui jusqu'à dimanche à Paris, est toujours détenu arbitrairement dans une prison du Caire.

Au lendemain de la publication dans l'hebdomadaire britannique, "The Economist", de l'interview d'Emmanuel Macron déplorant le manque de coordination entre les Etats-Unis et l'Europe, le chef de l'Etat s'est rapidement attiré les critiques de Washington et de Berlin qui jugent, tous deux, le partenariat stratégique de l'OTAN incontournable.    

Le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, se "rangera derrière la décision du président, du Premier ministre et du Parlement", concernant l'application ou non du futur système universel aux seuls nouveaux entrants du marché du travail.

A 5 mois des élections municipales en France, le chef de file des sénateurs LR a déposé, ce matin, une proposition de loi. Objectif interdire les listes communautaires.   

L'invité de la rédaction : Philippe Moati, professeur d'économie à l'université Paris-Diderot, co-président de l'Observatoire Société et Consommation.

Écouter
5 min
Philippe Moati : "La tendance à la non surconsommation est manifestement montante mais ne concerne auj. qu’une petite fraction de la population."
Intervenants
  • Économiste, professeur à l'Université Paris 7 et cofondateur de l'Observatoire Société et Consommation (ObSoCo), une société d'études et de conseil en stratégie.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......