LE DIRECT
Manifestation le 10 avril dans les rues d'Alger contre le régime.

JOURNAL DE 12H30 du vendredi 12 avril 2019

24 min

En Algérie, les contestataires entendent mobiliser massivement aujourd'hui, lors du premier vendredi de manifestation depuis qu'a été annoncé la date de la prochaine présidentielle. Ils craignent que ce scrutin ne serve qu'à conforter le pouvoir intérimaire en place.

Manifestation le 10 avril dans les rues d'Alger contre le régime.
Manifestation le 10 avril dans les rues d'Alger contre le régime. Crédits : RYAD KRAMDI - AFP

Si au Soudan, 30 années de colère d'une population persécutée et exploitée seront, enfin, venues à bout hier du dictateur Omar el-Béchir, il n'aura fallu en revanche que quelques heures à peine, après la publication dans l'après-midi du communiqué des militaires, pour que la déception des Soudanais soit à la hauteur de la joie qui les avait saisi le matin même. L'annonce de la formation d'un conseil militaire chargé d'assurer l'intérim pendant deux ans et dirigé par le Ministre de la Défense, bien loin de répondre aux attentes des manifestants, ressemble surtout à s'y méprendre à une caricature de ces putschs qui, depuis un demi-siècle, auront trop souvent rythmer la vie politique de nombre de pays africains. Et d'ailleurs, hier, l'histoire d'Omar el-Béchir se sera au fond terminée exactement comme elle avait commencé, comprenez par un coup d'Etat militaire.   

Et puis, évidemment, difficile aujourd'hui de ne pas rapprocher l'éviction d'Omar el-Béchir de celle d'Abdelaziz Bouteflika. Et pas uniquement parce qu'elles marquent, toutes deux, la fin de décennies de règne sans partage. En Algérie, comme au Soudan, l'armée a semble-t-il tendance à jouer les faiseurs de roi. Et de manière assez machiavélique, d'ailleurs, puisque ce qu'elle donne d'une main en soutenant la contestation populaire, elle le reprend aussitôt de l'autre en refusant de se plier à la souveraineté populaire. Avec une différence notable, toutefois, puisqu'en Algérie contrairement au Soudan l'armée n'est pas disposée, a priori, à faire usage de la force.

Les autres titres de l'actualité

A neuf jours du scrutin, le second tour de élection présidentielle en Ukraine est scrutée de près partout en Europe. Et plus particulièrement en France, où le président Emmanuel Macron recevra cet après-midi les deux finalistes, le sortant Pedro Porochenko et le comédien novice en politique et favori des sondages Volodymyr Zelensky.  

La rapporteuse spéciale des Nations unies sur le droit à un logement convenable rendait ses recommandations, aujourd'hui, au gouvernement français.

Une "fiscalité directe" est "la meilleure solution" pour financer l'audiovisuel public. Déclaration ce matin du ministre de la Culture, Franck Riester, lequel était interrogé sur une éventuelle suppression de la redevance après les déclarations du ministre des Comptes publics Gérald Darmanin.   

Quand les produits ménagers industriels se révèlent toxiques et contribuent à polluer l'air intérieur. C'est ce qui ressort d'une étude de 60 millions de consommateurs publiée aujourd'hui. Le magazine a étudié la composition de 60 produits ménagers parmi les plus vendus.

L'invité Europe de la rédaction : Schams El Ghoneimi, ex conseiller parlementaire au  Parlement européen.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......