LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le ministre de la Transition écologique et ancien président du Palais Bourbon, François de Rugy, au perchoir de l'Assemblée Nationale

François de Rugy : "Je ne démissionnerai pas"

14 min
À retrouver dans l'émission

"Très en colère", le ministre de la Transition écologique François de Rugy, au centre d'une polémique sur ses dîners fastueux, ses travaux dans son ministère et un logement près de Nantes, a affirmé ce matin qu'il ne démissionnerait pas et dénonce "une machine [...] lancée pour [l'] attaquer".

Le ministre de la Transition écologique et ancien président du Palais Bourbon, François de Rugy, au perchoir de l'Assemblée Nationale
Le ministre de la Transition écologique et ancien président du Palais Bourbon, François de Rugy, au perchoir de l'Assemblée Nationale Crédits : JOEL SAGET - AFP

Avec un 3ème opus délivré hier soir par Mediapart, l'affaire de Rugy commence, décidément, à ressembler furieusement au nouveau feuilleton de l'été, dont les précédentes productions, déjà, nous ont montré à quel point ce qui s'annonce, au départ, comme une mini-série peut très vite se transformer en véritable saga. Et en l'occurrence : la troisième saison des étés meurtriers en Macronie. Toujours est-il que si au dernier épisode, le site d'investigation nous apprenait comment le ministre de la Transition écologique avait congédié sa directrice de cabinet et ex-préfète, Nicole Klein, coupable d'avoir conservé un logement HLM sans l'occuper, voilà qu'il apparaît à présent que François de Rugy, lui-même, profiterait d’un appartement relevant du dispositif Scellier social, près de Nantes, sans répondre aux conditions de location. L'intéressé dit ne pas en avoir été informé.  

Juste avant ce nouveau rebondissement, le ministre et numéro 2 du gouvernement, était ressorti de sa convocation en urgence à Matignon avec, certes, l'assurance de conserver son poste, mais aussi de rendre des comptes. Edouard Philippe lui a notamment rappelé que « tout responsable public [était] astreint à la double exigence de transparence et d’exemplarité ». Et puis le premier ministre a également demandé au secrétariat général du gouvernement de diligenter, dès aujourd'hui, une inspection. Mais désormais que l'intrigue s'est donc encore enrichie avec ce logement à vocation sociale, le scénario de l'exécutif consistant à sauver le soldat de Rugy peut-il changer ?

Les autres titres de l'actualité

C'est un coup théâtre qui s'est joué hier au tribunal de grande instance de Nanterre. La vente de la filiale française du groupe italien Mondadori a été retardée de quelques mois supplémentaires.   

Les missiles français se trouvant dans le QG du maréchal Haftar en Libye "n'ont jamais été transférés à quiconque". Déclaration ce matin de la ministre des Armées Florence Parly.

Après avoir intensifié les tensions dans la région du Golfe, en décidant de se retirer unilatéralement de l'accord sur le nucléaire iranien, voilà que les Etats-Unis proposent de former une coalition internationale pour escorter les navires de commerce dans la région, au risque d'irriter un peu plus encore Téhéran.

La cour d'assises de Palerme doit se prononcer vendredi dans l'affaire Medhanie Yehdego Mered, un Erythréen accusé d'avoir dirigé un vaste réseau de trafiquants de migrants, même si l'homme crie à l'erreur d'identité.

L'équipe
Journaliste
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......