LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'idéologue du régime khmer rouge, Nuon Chea, l'un des deux deux plus hauts dirigeants encore en vie à avoir été condamné, avec Khieu Samphan, à la prison à vie pour "génocide"

Cambodge : justice, année Zéro

24 min

Au Cambodge, les deux plus hauts dirigeants khmers rouges encore en vie ont été condamnés aujourd'hui à la prison à vie pour "génocide". Un qualificatif retenu pour la première fois par un tribunal international.

L'idéologue du régime khmer rouge, Nuon Chea, l'un des deux deux plus hauts dirigeants encore en vie à avoir été condamné, avec Khieu Samphan, à la prison à vie pour "génocide"
L'idéologue du régime khmer rouge, Nuon Chea, l'un des deux deux plus hauts dirigeants encore en vie à avoir été condamné, avec Khieu Samphan, à la prison à vie pour "génocide" Crédits : MARK PETERS - AFP

Justice, année zéro. Pour la première fois, le génocide cambodgien a été reconnu, aujourd'hui, par un tribunal international parrainé par l'ONU. Ce matin, les deux plus hauts dirigeants khmers rouges encore en vie ont été condamnés en ce sens à la prison à vie. Un verdict historique donc car jamais, jusqu'à présent le mot de «génocide» n’avait été gravé pour qualifier les exactions commises entre 1975 et 1979 par le régime Khmer ultra-maoïste, lequel a conduit à la mort près de deux millions de personnes, un quart de la population totale du pays. 

Reste toutefois une nuance de taille : le verdict de ce matin porte sur des accusations de «génocide» à l'encontre des Vietnamiens, de la communauté musulmane et d’autres minorités religieuses. Ce qui signifie qu'il ne concerne pas, en revanche, les massacres, fussent-ils de masse, des Khmers par les Khmers, qui eux ne sont toujours pas considérés aujourd'hui par l'ONU comme un génocide.  D'où vient cette difficulté à juger, dans son intégralité, ce chapitre sanglant de l'histoire du Cambodge ? Cela tient-il à la difficulté de qualifier juridiquement ce qu'est un «génocide» ou bien à une absence de volonté politique ?

Les autres titres de l'actualité

Quand l'Arabie saoudite essaie de tirer un trait sur le meurtre du journaliste assassiné Jamal Khashoggi. Le procureur général d'Arabie saoudite a requis, hier, la peine de mort à l'encontre de cinq des 11 suspects inculpés dans l'enquête. De son côté, la Turquie affirme disposer de nouvelles preuves témoignant du caractère prémédité de cet assassinat. 

Le gouvernement espagnol vient de publier un nouveau plan pour le climat. Un pan ambitieux avec notamment une électricité 100 % renouvelable d’ici 2050.

Au Royaume-Uni, la Première ministre britannique Theresa May est à l'offensive, encore aujourd'hui, bien déterminée à défendre jusqu'au bout son projet d'accord sur le Brexit comme son avenir.   

En France, se tiendra dimanche le premier tour de la législative partielle organisée dans la première circonscription de l’Essonne. Une élection destinée à pourvoir au remplacement de Manuel Valls. Un scrutin local mais à valeur de test national.

La veille, autrement-dit demain, quelques 1.500 actions d'automobilistes excédés par la hausse des taxes sur les carburants sont attendues partout dans l'hexagone, même si encore ce matin le gouvernement assure "écouter" la colère des "Gilets jaunes".    

Invité du journal :  Karima Delli, eurodéputée Europe Ecologie Les Verts et présidente de la commission transport au Parlement européen.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......