LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'ex chef du Pentagone Jim Mattis (g) et le président américain Donald Trump (d)

Valse à la Maison Blanche

25 min

Le chef du Pentagone, Jim Mattis, claque la porte du gouvernement de Donald Trump. Parmi ses points de désaccords avec le chef de la Maison Blanche figurent le retrait des forces américaines de Syrie mais aussi le possible retrait d'une partie des troupes présentes en Afghanistan.

L'ex chef du Pentagone Jim Mattis (g) et le président américain Donald Trump (d)
L'ex chef du Pentagone Jim Mattis (g) et le président américain Donald Trump (d) Crédits : CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA - AFP

Parce qu'il entretenait des relations, disons, difficiles avec Donald Trump depuis déjà plusieurs mois, mais aussi parce que les limogeages et autres démissions brutales se sont succédé depuis l’entrée en fonctions du 45e président américain, certains jugeront, peut-être, que le courrier adressé hier par le chef du Pentagone au locataire de la Maison Blanche ne constitue en rien une surprise. Et pourtant, cette lettre de démission a fait l'effet d'un véritable coup de tonnerre à Washington. Pourquoi ? Parce qu'elle n'est pas seulement un camouflet de plus pour le tempétueux président des Etats-Unis. Non, venant d'un homme d'expérience comme Jim Matis, qui jusque-là incarnait une forme de stabilité au sein d'une administration traversée de secousses, cette démission témoigne surtout, en réalité, de l'irresponsabilité de Donald Trump, lorsque ce dernier multiplie les décisions aussi soudaines que dangereuses, détachées de tout contexte stratégique. Et c'est ainsi, par exemple, qu'à la faveur de cette démission, on a appris hier que les Etats-Unis ne préparaient pas uniquement le départ de leurs troupes en Syrie, mais aussi probablement un retrait "important" de leurs soldats stationnés en Afghanistan.

Les autres titres de l'actualité

Routes coupées, affrontement entre manifestants et policiers. La situation est tendue depuis ce matin à Barcelone. Le gouvernement espagnol y tient un conseil des ministres délocalisé, considéré par certains indépendantistes comme une "provocation".   

Les prêtres coupables d'agressions sexuelles sur mineurs doivent se livrer.  Déclaration, sans concessions ce matin du pape François qui présentait ses vœux à la Curie romaine.   

Au Maroc, les quatre hommes interpellés pour le meurtre, lundi, de deux randonneuses scandinaves avaient prêté allégeance à l'organisation Etat islamique.  Voilà qui vient confirmer les suspicions des autorités marocaines qui penchaient dès hier pour un "acte terroriste".   

Bien que présenté par certains médias comme un "possible commanditaire" des attentats contre Charlie Hebdo, en raison notamment de ses liens avec les frères Kouachi, le jihadiste Peter Cherif arrêté cette semaine n'est pas visé par un mandat d'arrêt dans cette enquête.  

La crise des Gilets jaunes toujours et encore avec un déplacement délicat ce matin pour le Premier ministre en Haute Vienne à la rencontre des maires ruraux, premier déplacement en province depuis le début des manifestations.  

"L'affaire du siècle" : plus d'un million de personnes ont signé en moins de deux jours un appel de soutien au recours lancé contre l'Etat pour inaction climatique.

Invité de la page Europe aujourd'hui Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......