LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le président de la cour d'assises spéciale, Régis de Jorna.

La piste des donneurs d'ordre s'éclaire au procès des attentats de janvier 2015

24 min

A la Cour d'assises spéciale de Paris, une jeune femme a assuré ce matin que son mari était le commanditaire des attentats de janvier 2015.

Le président de la cour d'assises spéciale, Régis de Jorna.
Le président de la cour d'assises spéciale, Régis de Jorna. Crédits : Alexis Couroussé-Volat - Radio France

C'est un témoin clé que la Cour d'assises spéciale pourrait, a priori, entendre aujourd'hui, lors de cette huitième semaine de procès autour des attentats de janvier 2015. Son nom : Peter Cherif, présenté tour à tour comme un mentor des frères Kouachi, un cadre d'Al-Qaïda, mais aussi un vétéran du jihad et parfois même comme l'instigateur de l'attentat contre la rédaction de Charlie-Hebdo.   

Mais avant lui, et en attendant de savoir s'il acceptera ou non de se rendre à la visioconférence, la Cour entendait, ce matin, une femme dont le témoignage permet aujourd'hui d'éclairer la piste des donneurs d'ordre. Depuis la prison de Fleury-Mérogis où elle est incarcérée, Sonia Mejri a tenu à répéter que son époux, Abdelnasser Benyoucef, un chef du groupe Etat Islamique présumé mort ("émir des opérations extérieures"), était le commanditaire des attentats de janvier 2015.

Les autres titres de l'actualité

Après la décapitation de Samuel Paty, il y a tout juste une semaine, un nouveau Conseil de défense et de sécurité nationale, présidé par Emmanuel Macron, se tient depuis ce matin. Le chef de l'Etat a fait de ce dossier sa priorité absolue et entend bien muscler encore la loi contre les séparatismes. En attendant, les membres du gouvernement, eux, n'ont visiblement de cesse de désigner pour cible les islamogauchistes.

Nouvelle conséquence de la pandémie, le groupe ADP annonce, ce matin, avoir perdu plus de la moitié de son chiffre d'affaires depuis le début de l'année. ADP qui revoit à la baisse ses hypothèses de trafic pour Paris, avec une chute pouvant aller jusqu'à 70%.

L'Iran redoute une troisième vague de l'épidémie. Là-bas, jamais les bilans quotidiens des victimes du Covid-19 n’ont été aussi élevés.

L'ultime débat, hier soir, entre Donald Trump et Joe Biden aura-t-il été de nature à modifier le cours de la campagne américaine ?

En Guinée, le président sortant Alpha Condé a été donné vainqueur dès le premier tour de l'élection présidentielle.

Alors que les combats se poursuivent dans l'enclave arménienne du Haut-Karabakh, des soldats russes auraient été repérés près de certaines frontières de l'Arménie.

Et l'invité de la rédaction est Henri Bergeron, sociologue, directeur de recherche au CNRS et co-auteur d'un livre, intitulé Covid-19, une crise organisationnelle, publié aux Presses de Sciences Po.

Écouter
5 min
Henri Bergeron : "Il n'existe pas, à notre connaissance, d'exercice de comparaison de la gestion de différentes crises"
Intervenants
  • Chercheur CNRS au CSO (Centre de Sociologie des Organisations) de Sciences Po
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......