LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des bateaux de pêche français protestent contre ce qu'ils considèrent comme des restrictions injustes sur leur capacité à pêcher dans les eaux britanniques

Tensions post-Brexit persistantes ou quand la France annonce des mesures de rétorsion

25 min

À compter du 2 novembre, les navires de pêches britanniques auront interdiction de débarquer dans des ports français désignés. Et les contrôles de sécurité seront systématiques.

Des bateaux de pêche français protestent contre ce qu'ils considèrent comme des restrictions injustes sur leur capacité à pêcher dans les eaux britanniques
Des bateaux de pêche français protestent contre ce qu'ils considèrent comme des restrictions injustes sur leur capacité à pêcher dans les eaux britanniques Crédits : Sameer Al-DOUMY - AFP

Après un dernier round de discussions tous azimuts, la décision a donc fini par tomber hier : si aucun progrès n’est fait d’ici au début de novembre, comprenez si le nombre de licences accordées aux pêcheurs français reste insuffisant, Paris appliquera une première salve de mesures de rétorsion contre Londres et les îles Anglo-Normandes : interdiction de débarquement de produits de la mer britanniques en France et mise en place de contrôles à la fois douaniers et sanitaires systématiques sur les produits britanniques débarqués.   

On le sait, le feu couvait déjà depuis plusieurs semaines autour de ce sujet de friction post-Brexit explosif. Rappelons que l’accord conclu in extremis fin 2020 prévoit que les pêcheurs européens puissent continuer à travailler dans certaines eaux britanniques, à condition de pouvoir prouver qu’ils y pêchaient auparavant. Sauf que Français et Britanniques se disputent, en l'occurrence, sur la nature et l’ampleur des justificatifs à fournir.  Et hier soir, dernière illustration de cette véritable bataille navale, le ministère français de la mer a annoncé la verbalisation de deux « navires anglais » qui pêchaient en baie de Seine.

Les autres titres de l'actualité

Quand la SNCF perd officiellement l'exploitation d'une ligne TER. Une première en France. Ce matin, les élus de la région PACA ont entériné l'attribution de l'exploitation de la ligne ferroviaire Marseille-Nice à un groupe privé à partir de 2025.   

On l'appelle déjà "le serment de Romainville". Ou quand un centaine d'élus de gauche s’engagent à ne parrainer aucun candidat à la présidentielle, tant que la gauche ne sera pas unie.

"La justice a moins besoin d'être réformée que d'être mieux gérée". Voilà peu ou prou résumée la note que vient de rédiger la Cour des Compte.

Une conférence de presse était organisée ce matin pour présenter la grande difficulté dans laquelle se trouvent aujourd'hui les différents services de pédiatrie.

Avec un faible taux de chômage, les perspectives 2022 pour les cadres sont plutôt bonnes. Et pourtant, certaines entreprises se plaignent aujourd'hui de difficultés de recrutement.  

L'invité de la rédaction : Gilles Gateau, directeur général de l'APEC (l’Association pour l’emploi des cadres).   

Écouter
4 min
Gilles Gateau : "A l’évidence, les entreprises ont un effort d’attraction et d’attractivité à faire vis-à-vis des salariés."

Il y a des métiers pénuriques dans lesquels, effectivement, on manque de candidats. Après la difficulté de recrutement que rencontrent beaucoup d’entreprises, notamment de TPE et de PME, est vraiment un phénomène multifactoriel : ce n’est pas seulement un problème de personnes qualifiées, formées et diplômées. Parfois, c’est aussi un problème d’attractivité pour un métier, pour une entreprise ou même pour un territoire en déficit d’attractivité par rapport à d’autres.

En Israël, les autorités ont approuvé hier la construction de plus de 3000 nouveaux logements dans des colonies juives du nord de la Cisjordanie occupée. Des constructions illégales au regard du droit international.

Intervenants
  • Directeur général de l'APEC (Association pour l'emploi des cadres)
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......