LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des bougies forment un ruban rouge à Berlin, le 30 novembre 2013, lors de la journée mondiale du sida.

Pourquoi le VIH est-il toujours aussi difficile à neutraliser ?

20 min

Depuis 40 ans, la pandémie de VIH tue chaque année des centaines de milliers de personnes.

Des bougies forment un ruban rouge à Berlin, le 30 novembre 2013, lors de la journée mondiale du sida.
Des bougies forment un ruban rouge à Berlin, le 30 novembre 2013, lors de la journée mondiale du sida. Crédits : FLORIAN SCHUH / DPA / AFP - AFP

Parce qu'une année, à peine, aura suffi aux laboratoires pharmaceutiques pour trouver, développer et commercialiser un vaccin contre la Covid-19, comment ne pas se poser forcément la question : pourquoi quarante ans après les débuts de l’épidémie du SIDA n'a-t-on toujours pas trouvé de vaccin contre le VIH, avec lequel vivent actuellement près de 38 millions de personnes à travers la planète ? Bien sûr, de la trithérapie aux combinaisons d’antirétroviraux, de très grandes avancées scientifiques ont d'ores et déjà été réalisées en matière de traitement. Reste que le virus tue encore chaque année près de 700.000 personnes dans le monde et que la mise au point d'un vaccin reste, a priori, la seule manière aujourd'hui d'éradiquer totalement le SIDA. 

Lundi dernier, soit deux jours avant cette nouvelle journée mondiale de lutte contre le sida, un rapport de l'ONU chiffrait à presque 8 millions le nombre de décès qui pourraient être liés à la pandémie de VIH d'ici à 2030 si rien n'est fait pour améliorer la couverture des services de prévention et des traitements. Sans compter que la pandémie de Covid-19 aura eu, par ailleurs, un impact dévastateur sur la lutte contre le sida en perturbant gravement l'accès aux systèmes de santé. On estime que l'an dernier le dépistage a globalement fléchi de 22%, ce qui signifie autant de risques de possibles retards au diagnostic et donc d'accès aux traitements antiviraux.

.
. Crédits : Laurence SAUBADU, Kenan AUGEARD - AFP
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres de l'actualité

Face à la panique qui semble s'être emparée de la planète avec l'apparition d'un nouveau variant, le chef de l'OMS a appelé au "calme" hier et demandé une réponse "rationnelle" et "proportionnelle". Il s'est dit tout particulièrement "préoccupé par le fait que plusieurs Etats ont pris des mesures générales et brutales comme les interdictions de voyage. La France a décidé aujourd'hui de prolonger la suspension des vols depuis sept pays de l'Afrique australe jusqu'à samedi prochain.

Eviter au maximum les fermetures de classe, en dépit du rebond de l'épidémie. C'est la stratégie adoptée par plusieurs pays européens dont l'Italie.

Michelin poursuit son plan dit de "simplification et de compétitivité" de ses activités.  En clair, un plan de suppressions d'emploi : 614 postes seront supprimés en France en 2022.

Les dix personnalités présélectionnées avaient jusqu'à hier soir pour dire si oui ou non, elles acceptaient de s'inscrire dans le processus citoyen de la primaire populaire. Objectif : chercher la figure du rassemblement à gauche pour 2022.

Le Honduras a une nouvelle présidente. Xiomara Castro, 62 ans,  promet de former un gouvernement de réconciliation.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......