LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire

Pour Bruno Le Maire, l'inflation, liée en particulier à la hausse des prix de l'énergie, est "temporaire"

25 min

Au jour du troisième anniversaire du mouvement des "gilets jaunes", le ministre de l'Economie tente ce matin de rassurer les Français.

Le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire
Le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire Crédits : Thomas SAMSON - AFP

C'était il y a trois ans. Plutôt qu'une énième fleur de pavé, comme elle en avait vu éclore tant d'autres dans son Histoire, la France allait voir surgir de ses ronds-points cette fois-ci un mouvement aussi inédit que massif et spontané : les "Gilets Jaunes". Une révolte populaire née grâce au terreau fertile des budgets contraints de la vie chère. Un anniversaire qui devrait, a priori, rester plutôt confidentiel. Aucune mobilisation n'est prévue à l'horizon. La pandémie est sans doute passée par là. A moins que ce ne soit la lassitude. Et pourtant, force est de constater que les causes objectives et structurelles du mouvement n'ont pas disparu : les prix à la pompe ont même dépassé les niveaux atteints à la veille des premiers blocages, le 17 novembre 2018. Sans compter que les consommateurs doivent à présent subir une explosion des prix de l’énergie. Et c'est, d'ailleurs, très probablement dans la crainte d'une réédition de ce mouvement de contestation que le gouvernement s'est récemment senti obligé de dégainer une "indemnité inflation" pour tous les Français gagnant moins de 2000 euros par mois. Et ce matin, encore, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est voulu rassurant, estimant que l'inflation actuelle n'était que "temporaire".  

Il faut dire que le pouvoir d'achat fait figure, en effet, de sujet majeur de la pré-campagne présidentielle. Emmanuel Macron, lors de sa dernière allocution télévisée n'a d'ailleurs pas manqué de vanter sur ce point le bilan de son quinquennat, estimant que le niveau de vie des plus pauvres avait augmenté en cinq ans. Or, selon une étude de l'Institut des politiques publiques, tous les ménages ont vu leur niveau de vie progresser d'environ 1,6% depuis le début du quinquennat, sauf les 5% de ménages les plus pauvres, lesquels ont au contraire perdu jusqu'à 0,5%. Dès-lors, comment expliquer un tel écart d'appréciation ?

Les autres titres de l'actualité

Au troisième jour du procès en appel de François Fillon, dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs, son épouse devra s'attacher à être un plus précise sur son travail.

La santé mentale des jeunes a été lourdement mise à mal par l'épidémie de Covid-19. Le premier confinement, en particulier, a conduit à une hausse générale des syndromes dépressifs. C'est ce que révèle un rapport de la Défenseure des Droits publié aujourd'hui.

Deux mois après le lancement d'appel à témoignages, la Commission Indépendante sur l’Inceste et les Violences Sexuelles faites aux Enfants présente aujourd'hui les premiers enseignements tirés de l'audition des experts mais plus encore de la parole des victimes.

Comment renforcer la protection des lanceurs d'alerte ? Les députés examineront aujourd'hui un nouveau texte en ce sens. 

L'invité de la rédaction : Nadège Buquet, co-présidente de la Maison des Lanceurs d’Alerte.

Écouter
5 min
Nadège Buquet : "Jusqu’à présent, un lanceur d’alerte devait d’abord signaler les faits auprès de sa hiérarchie, en interne."

Il y a fort à parier que ce texte ne sera pas suffisant. Néanmoins, on progresse dans la protection des lanceurs d’alerte, avec toute une série de sanctions et notamment avec une sanction pénale qu’encourt une entreprise qui déciderait de faire subir des représailles à la personne parce qu’elle lance l’alerte. Un risque de sanction pénale c’est relativement dissuasif, donc c’est là encore une avancée mais il y en aurait d’autres qui seraient souhaitables.

En Chine, des flambées sporadiques de Covid-19 angoissent les autorités, surtout à l'approche des Jeux olympiques d'hiver à Pékin. De nouvelles restrictions doivent entrer en vigueur à partir d’aujourd'hui.

On connait l’équilibre précaire qui règne dans la poudrière du Caucase. Et c'est ainsi qu'hier, presque un an jour pour jour après la fin d’un sanglant conflit de six semaines entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie au Nagorny-Karabakh, une journée de combats aura suffit à faire craindre à la reprise d'une guerre.

Intervenants
  • co-présidente de la Maison des Lanceurs d’Alerte (MLA)
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......