LE DIRECT

François Fillon maintient sa candidature malgré une probable mise en examen dans 15 jours

20 min

La folle journée de François Fillon. Le candidat Les Républicains crie à l'assassinat politique mais il maintient sa candidature à l'élection présidentielle, alors qu'il risque une mise en examen. Le député de Paris est convoqué le 15 mars prochain devant les juges d’instruction.

Nous verrons avec Stéphane Robert comment le camp Fillon a tangué et négocié toute la matinée avant de choisir cette option du maintien. Combien la visite au Salon de l'agriculture –d’abord annulée ce matin en catastrophe - a été houleuse. Et surtout que les défections commencent à droite : l'UDI a décidé de suspendre sa participation à la campagne de François Fillon. Bruno Le Maire a claqué la porte de l’équipe Fillon, il était conseiller aux affaires européennes et internationales.

Avec Marie Pierre Vérot, nous verrons comment François Fillon attaque la justice : il considère qu'il n'est pas un justiciable comme les autres, que l'enquête le concernant est menée systématiquement à charge.

Analyse aussi d'Abdelhak el Idrissi qui remontera le cours du temps pour nous montrer que ces attaques contre le "gouvernement des juges" ne sont pas choses récentes. Il décortiquera les stratégies utilisées de façon presque systématique par les politiques (de droite ou de gauche) quand ils sont dans le viseur des magistrats.

A LIRE Fillon, Le Pen, Emmanuelli : 25 ans de rengaine politique contre "le gouvernement des juges"

Nous entendrons aussi la réaction d'un des principaux opposants à François Fillon : Emmanuel Macron, dans les couloirs du Salon de l’agriculture, au micro d’Ilan Malka.

Dans cette édition aussi : les nouvelles ambitions de Donald Trump en matière d’immigration. Hier devant le Congrès, le président américain a proposé la mise en place d’une immigration « au mérite ». Nous serons avec Frédéric Carbonne.

Et puis nous verrons que l’ONU a rendu son rapport sur la reprise de la ville d’Alep par l’armée syrienne en décembre dernier. Toutes les parties en conflit ont commis des « crimes de guerre » disent les experts, mais critiquent en particulier l’armée de Bachar al Assad pour le bombardement d’un convoi d’aide humanitaire. Explications d’Eric Biégala.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......