LE DIRECT
Des gendarmes discutent avec des "gilets jaunes" mobilisés à Saint-Beauzire, dans le Puy-de-Dôme (06/12/18)

"Gilets jaunes" : inquiet, l'exécutif appelle au calme

20 min

L'exécutif et le Sénat partagent une inquiétude : celle de la sécurité. Alors que les gilets jaunes restent déterminés à manifester samedi, Edouard Philippe annonce la mobilisation de moyens exceptionnels pour maintenir l'ordre.

Des gendarmes discutent avec des "gilets jaunes" mobilisés à Saint-Beauzire, dans le Puy-de-Dôme (06/12/18)
Des gendarmes discutent avec des "gilets jaunes" mobilisés à Saint-Beauzire, dans le Puy-de-Dôme (06/12/18) Crédits : Thierry Zoccolan - AFP

Le pays est selon eux "au bord de l'insurrection et de la guerre civile".   Le collectif des "gilets jaunes libres" demande à être reçu demain par le chef de l'Etat, pour négocier avec lui sur le pouvoir d'achat. Une revalorisation du SMIC, des retraites, des pensions d'invalidité et des pensions handicapées... Voilà une partie des revendications de ce collectif, en rupture avec les initiateurs du mouvement, dont ils jugent la ligne trop radicale. "Les lycéens, les agriculteurs, plusieurs corporations sont dans la rue, l'économie commence à avoir un genou à terre, combien de temps Emmanuel Macron mettra-t-il pour entendre la détresse des Français ? Combien faudra-t-il de morts ?" se demande Benjamin Cauchy, l'un des représentants des "gilets jaunes libres". Pour lui, il faut que le président prenne conscience de sa responsabilité.

On voit que la réponse de l'exécutif, l'annulation de la taxe carbone, est déjà dépassée.  Les gilets jaunes veulent plus, et restent déterminés à manifester samedi. Devant le Sénat, le premier ministre a voulu montrer qu'il avait entendu la souffrance exprimée par les gilets jaunes : il se dit ouvert à des mesures en faveur des bas salaires.

Les autres titres du journal

Le maintien de l'ordre oui, mais pas au point de menacer la vie des manifestants. Des avocats réclament l'interdiction des grenades lacrymogènes assourdissantes Gli F4. Un jeune homme, qui manifestait sur les Champs Elysées, a eu une partie de la main arrachée.

Pourparler de paix en Suède sur le Yemen. Des consultations sous haute tension, destinées à réduire la violence sur le terrain et à atténuer la crise humanitaire. 

Les pays exportateurs de pétrole s'accordent sur une réduction de leur production, mais pour plus de précisions il faudra attendre les discussions avec la Russie, demain.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......