LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Discours d'Emmanuel Macron devant le Parlement européen à Strasbourg (17/04/18)

Devant le Parlement européen, Emmanuel Macron a dû s'expliquer sur les frappes françaises en Syrie

20 min

Emmanuel Macron défend sa conception de l'Europe à Strasbourg. Devant les députés européens, le président français a aussi dû justifier les frappes françaises en Syrie.

Discours d'Emmanuel Macron devant le Parlement européen à Strasbourg (17/04/18)
Discours d'Emmanuel Macron devant le Parlement européen à Strasbourg (17/04/18) Crédits : ELYXANDRO CEGARRA / NurPhoto - AFP

Devant les députés européens réunis à Strasbourg, Emmanuel Macron a livré un plaidoyer pour la défense de la démocratie dans l'Union Européenne. Dans ce premier discours devant le parlement européen, le chef de l'Etat a mis en garde contre "les tentations autoritaires" et les "replis nationaux", et plaidé pour une Europe d'une souveraineté réinventée, d'une démocratie vivante". Concernant les migrations, sujet qui divisent les Européens, Emmanuel Macron appelle à "dépasser le débat empoisonné" sur les quotas de répartition dans l'Union Européenne,  et propose "de créer un programme européen qui soutienne directement financièrement les collectivités locales accueillant et intégrant les réfugiés". Mais ce qui a le plus donné lieu à discussions et interrogations chez les députés européens, c'est l'intervention militaire française en Syrie, aux côtés des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne.

Les autres titres du journal

Révélations sur l'assassinat de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, tuée dans l'explosion de sa voiture il y a 6 mois. 18 médias internationaux (dont Radio France) enquêtent ensemble.  La journaliste enquêtait sur des affaires de corruption et de blanchiment d'argent au cœur du pouvoir maltais. Elle avait reçu des menaces.

La réforme de la SNCF largement adoptée en première lecture à l'Assemblée. Retour sur les modifications apportées au texte avec Hakim Kasmi. La grève en pointillé reprend ce soir.   

On passe de l'affrontement au dialogue à Notre-Dame-des-Landes. Une délégation d'occupants de la ZAD doit rencontrer la préfète demain.

Et puis le rapport annuel de l'ANSSI, l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information. Elle a recensé 794 "incidents de sécurité" et "20 incidents majeurs" au cours de l'année 2017 et son directeur général, Guillaume Poupard, s'est félicité de voir les prises de conscience et les coopérations se multiplier pour prévenir et détecter ces attaques. Après l'alerte des Etats-Unis et du Royaume-Uni hier sur une cyber activité malveillante d'ampleur venant de Russie, le responsable de cette agence rattachée aux services du Premier ministre s'est bien gardé d'accuser Moscou. Interrogé par Eric Chaverou, celui qui venait de montrer un nouveau dispositif de sondes de détection informatique dans les administrations a aussi évoqué le projet en cours d'une messagerie sécurisée à la française prévue pour cet été. Projet porté par la Direction interministérielle des systèmes d'information et de communication de l'Etat (Dinsic) et annoncé vendredi dernier, sur France Inter, par le secrétaire d'Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi.

Écouter
5 min
Guillaume Poupard fait le bilan de 2017 et évoque 2018 ainsi que le projet d'un WhatsApp, Telegram, à la française
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......